webleads-tracker

Actualité > Technique > Viticulture > La création variétale, nouveau cheval de bataille du Domaine de la Colombette
- Viticulture
Par Michèle Trévoux

La création variétale, nouveau cheval de bataille du Domaine de la Colombette

La création variétale, nouveau cheval de bataille du Domaine de la Colombette

Après s’être battu pour la désalcoolisation des vins, le domaine de la Colombette s’attaque à la création variétale. En créant Colombette Vitis Innovation, Vincent Pugibet entend proposer aux producteurs une solution pour réduire l’utilisation des pesticides. Il a choisi le Sitévi pour présenter cette nouvelle activité. « Aucune solution concrète ne permet aujourd’hui aux vignerons de répondre à l’objectif de réduction de 50% de l’utilisation des pesticides prévu par le plan Ecophyto. La création variétale est une réponse adaptée à cette problématique, mais aucune création résistante n’a été inscrite au catalogue et aucun dispositif n’encourage la profession à planter ces variétés », constate Vincent Pugibet, propriétaire du Domaine de la Colombette à Béziers.

Le viticulteur héraultais parle en connaissance de cause. Depuis 8 ans, ce trublion de la viticulture languedocienne s’est plongé sur le sujet de la création variétale en viticulture, a rencontré les sélectionneurs allemands et suisses et s’est forgé lui-même son opinion en initiant dès 2008 un programme d’expérimentation sur des cépages résistants suisses et allemands. Le dispositif d’expérimentation s’étend aujourd’hui sur 20 ha et porte sur une sélection de 28 variétés. Fort de cette expérience, le vigneron biterrois veut maintenant développer un pôle de sélection de variétés résistantes. Depuis deux ans, il réalise des croisements entre ces variétés résistantes et des cépages comme le Grenache, la Syrah, le Cabernet Sauvignon.. ou entre différentes variétés résistantes. Une centaine de pépins issus de ces croisements vont être mis en terre, pour partie sur le domaine pour partie chez le sélectionneur suisse Valentin Blattner, avec lequel il est en partenariat. Le premier critère se sélection sera le niveau de résistance au mildiou et à l’oïdium. Interviendront ensuite des critères comme le rendement, le potentiel œnologique, ou les facilités culturales.

« C’est un travail de longue haleine, il nous faudra au minimum une dizaine d’années pour l’obtention de plants répondant à nos attentes », évalue Vincent Pugibet. D’ici là, Colombette Vitis Innovation va distribuer les plants de Valentin Blattner. La production de plants restera la compétence des pépiniéristes Volker Freytag et Philippe Borioli, partenaires depuis près de 20 ans du sélectionneur suisse. Pour cette première année d’activité, Vincent Pugibet a retenu les quatre variétés qui ont donné les meilleurs résultats sur le domaine : le Cabernet blanc, le Cabernet jura, le Cal 1-1 et le Cal 6-04. Pour cette dernière variété dont les résultats sont les plus prometteurs, un dossier de demande d’inscription au catalogue a été déposé cette année. « Les viticulteurs sont intéressés par cette démarche. Nous avons reçu près de 300 personnes sur le domaine cette année et autant sont venues déguster nos vins issus des cépages résistants. En Languedoc, les vignerons ont déjà connu les bouleversements consécutifs à un changement total d’encépagement : en une génération, les cépages emblématiques tels que le cinsault, le carignan ont fait place aux cépages internationaux comme le merlot ou le chardonnay. Le frein psychologique est donc relativement faible dans notre région. Et l’impact des pesticides sur la santé des producteurs et de leurs salariés est une préoccupation grandissante », estime Vincent Pugibet, qui se bat pour lever le dernier frein au développement de ces variétés : la non-éligibilité aux aides à la plantation (10 000 € en moyenne).

Pour développer cette activité, Vincent Pugibet a embauché Stéphanie Chanfreau, précédemment, chargée de mission à l’ICV où elle a mené l’étude sur les cépages résistants européens et leur potentiel en Languedoc-Roussillon. Tous deux seront présents au SITEVI (Hall A1, stand F015) pour présenter les variétés résistantes de leur gamme et leurs travaux sélection.

 
[ LES COMMENTAIRES (3) ]
lioto - Le 27 novembre 2013 à 20:31:09
Primer ceux qui vont moins polluer devrait être une priorité sur les profits de l'industrie chimique. La santé des consommateurs et des vignerons le vaut bien, non ? La Suisse ou l'Allemagne sont capables d'être plus modernes que la France qui se complaît dans ses archaïsme (à moins que nos élus soient juste moins courageux ! ). Souhaitant à Mr Pugibet tout le succès qu'il mérite pour ce travail de salubrité publique.
craoux - Le 27 novembre 2013 à 12:37:40
Le frein à la recherche n'est-il pas tout bonnement à chercher du côté de la sanctuarisation des conditions de production (cahiers des charges IGP ou AOP) ? .. Quant à créer de nouvelles variétés "résistantes" par hybridation (je pense avoir compris que Mr Pugibet ne parle pas d'OGM), n'est-ce pas s'engager dans une voie plus empirique que scientifique ? ... Et comme par hasard, revient en toile de fond la question de la "prime à la plantation" (mais là, c'est à la doctrine réglementaire UE à laquelle Mr Pugibet devra s'attaquer car l'objectif UE n'est pas de primer toutes les plantations ... heureusement car ce sont des deniers publiques !).
Leclerc - Le 26 novembre 2013 à 23:28:28
On est en droit de se comment il se fait que ce type de recherches ne soit vraiment avancé qu'à l'étranger, et chez quelques "privés" ....
[ LAISSER UN COMMENTAIRE ]
Code de validation :
Recopier le code :
Identifiez-vous ou inscrivez-vous sur vitisphere pour ne plus avoir besoin de saisir le code de sécurité
Processing
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Ecrivez à redaction@vitisphere.com avec votre info ou votre correction. Nous y porterons toute l'attention nécessaire.
[ LES AUTRES GRANDS THEMES DU VIN A LIRE SUR VITISPHERE ]
Haut de page
 
AGENDA


LA SELECTION DU SALON
VOS REACTIONS SUR LE FIL