À la colle

Buzet se positionne sur le développement des vins vegans

Mercredi 01 mars 2017 par Alexandre Abellan

Si le vin est exclusivement un jus de raisins fermenté, il n’est pas forcément végétarien selon les critères du végétalisme intégral. Il faut faire l’impasse sur la colle de poisson le blanc d’œuf (albumine) et les protéines de lait (caséine).Si le vin est exclusivement un jus de raisins fermenté, il n’est pas forcément végétarien selon les critères du végétalisme intégral. Il faut faire l’impasse sur la colle de poisson le blanc d’œuf (albumine) et les protéines de lait (caséine). - crédit photo : Vignerons de Buzet
Conduisant un galop d’essai avec un label végétalien, la cave coopérative du Lot-et-Garonne essaie de devancer les nouvelles exigences de consommation.

Se voulant à la pointe de l’anticipation des demandes sociétales, les Vignerons de Buzet commercialisent désormais les 270 000 cols de leur domaine de Michelet millésimé 2015 sous le label « European Vegetarian Union ». Soit une certification végétalienne, assurant que le vin a été produit sans le moindre intrant d’origine animale. Également certifiée bio (donc sans pesticides de synthèse) et sans sulfites ajoutés, cette bouteille a une étiquette des plus chargées, mais des plus adaptées pour des consommateurs aux modes de vie bien ciblées.

« On a une demande sociétale intéressante, dont le principe correspond à nos valeurs. Même si elle a un coût (la certification), elle ne nous a pas fait augmenter les prix (7,50 €/col) » explique David Bidegaray, le responsable marketing des Vignerons de Buzet. Lancée à titre d’essai, cette gamme certifiée « vegan » répond déjà aux demandes des metteurs en marché (en témoigne le dernier salon Millésime Bio). Visant les marchés allemands, américains, anglais et scandinaves, ces vins vegans trouvent aussi des circuits spécialisés en France.

"Tous les marchés ne sont pas prêts"

Testées depuis 2012 par les vignerons de Buzet, les colles végétales (farine de pois essentiellement) ont remplacé depuis 2016 toutes les colles animales (albumine majoritairement). Sans impact sur les coûts de production souligne David Bidegaray. Si le déploiement du label va être discuté pour d’autres produits, le responsable marketing reste prudent. « Tous les marchés ne sont pas prêts. Cette réponse à une demande sociétale pourrait être mal comprise » explique-t-il, se notant dans le même temps de vérifier que les vins sont bien sans-gluten.

A noter que la présence d’insectes dans les bacs à vendanges n’est pas rédhibitoire pour l'obtention du label vegan, tout comme les hécatombes de levures et bactéries pendant les fermentations (seul le règne animal étant concerné par le végétalisme).
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé