Envoyer par e-mail l'article :


Séparez les adresses e-mail par des virgules.

 « Dans des conditions œnologiques classiques, c’est-à-dire avec des teneurs en cuivre qui ne dépassent pas 7,5 mg/l, nous n’observons pas d’impact sur la cinétique fermentaire et la durée des fermentations » estime Anthony Silvano, ce 24 mai lors d'un colloque sur les vins bio à l'ICV.

Cuivre dans les moûts, arômes en danger

Le cuivre, même à forte dose dans les moûts, a peu d’impact sur la cinétique fermentaire, mais il affecte le métabolisme des levures. C’est également un destructeur des composés aromatiques des vins.