Envoyer par e-mail l'article :


Séparez les adresses e-mail par des virgules.

D’origine poitevine, Loïc Pasquet se fait fort de travailler à la redécouverte duv goût des vins préphylloxériques et du lieu.

« Dans cinq ans, Liber Pater sera plus cher que la Romanée Conti »

Devenue le vin de Bordeaux le plus cher du moment (surclassant Petrus, Le Pin, Lafite, Haut-Brion, Latour…), la cuvée confidentielle d’anciens cépages bordelais plantés francs de pied a l’ambition de détrôner la mythique étiquette bourguignonne. C’est du moins le cap que se fixe Loïc Pasquet, le créateur de Liber Pater en 2006. Le vigneron de Podensac souhaite également inspirer un retour aux vins de terroir, avec des cépages oubliés qui permettent une différenciation et une valorisation des vins.