Envoyer par e-mail l'article :


Séparez les adresses e-mail par des virgules.

« Il faut en finir avec la suprématie du merlot et du sémillon » estime Frédéric Mallier. « À Bordeaux, 96 % de l’encépagement est représenté par six cépages » constate Julia Riffault, ce 18 février au parc des expositions de Montpellier.

L’encépagement d’il y a 200 ans, solution au changement climatique ?

Tombés dans les oubliettes de l’histoire viticole, d’anciens cépages pourraient relever les défis de l’adaptation au réchauffement climatique. Si les connaissances à leur propos se mettent bien à jour.