LE FIL

Récolte 2013

Des prévisions à la hausse... mais encore très incertaines

Vendredi 05 juillet 2013 par Vitisphere

Récolte 2013 : des prévisions à la hausse... mais encore très incertaines
La récolte 2013, estimée pour l’heure à 46,6 millions d’hl, dépasserait celle de 2012 (historiquement faible). Elle se situerait au-dessus de la moyenne des 5 dernières années (45 millions d’hl). Mais ces premières prévisions du Service de la Statistique et de la Prospective du Ministère de l’Agriculture, sont à prendre avec prudence, compte tenu du stade très précoce de la végétation. En raison de conditions météorologiques défavorables du printemps et de ce début d’été, la floraison n’est pas encore terminée dans la plupart des régions. Le cycle végétation de la vigne accuse un retard de deux à trois semaines par rapport à une année normale. Les incertitudes de cette première prévision sont donc cette année particulièrement importantes.
 
Selon ces premières estimations, toutes les catégories de vins verraient leur production progresser par rapport à 2012 : + 9 % pour les vins d’appellation, + 13 % pour les vins pour eaux-de-vie (incluant le Cognac et l’Armagnac). La part de la production constituée de vins en IGP est difficile à évaluer à ce stade. Compte-tenu de la mise en œuvre de la réforme de l’OCM vins, une partie des vins de cette catégorie pourrait notamment être commercialisée en vins sans Indication Géographique (IG). La récolte potentielle des vins en IGP est estimée en hausse de 13 %. Le niveau réel de production de vins en IGP est toutefois susceptible d’évoluer à la baisse. Le niveau des autres vins, constitués essentiellement des vins sans IG, regagnerait 40 % comparé à l’année dernière.
 
Situation par région 
 
En Champagne, la production pourrait être supérieure à celle de l’an dernier, qui avait subi des dégâts de gel sur 3000 ha. L’estimation présente toutefois une incertitude très élevée à ce stade, car la floraison a à peine commencé fin juin.
 
En Bourgogne et Beaujolais, les vignes sont en pleine floraison fin juin, avec 15 à 20 jours de retard sur la normale. La pression du mildiou est plus prononcée dans la partie nord du Beaujolais. Le froid a fait avorter des grappes (« filage »). Le risque de coulure et millerandage est élevé au regard de la météorologie pour l’instant fraîche et humide, mais il ne sera mesuré qu’après la floraison.
 
En Alsace, la floraison n’est pas achevée. L’estimation est donc délicate.
 
En Savoie, le vignoble, en retard, dispose néanmoins d’un état sanitaire correct. La floraison est en cours fin juin.
 
Dans le Jura, la floraison débute à peine avec 3 semaines de retard. Une belle sortie de grappes est relevée sur la plupart des cépages, mais avec un risque de coulure si le mauvais temps se maintient.
 
Dans le Val de Loire, le vignoble a subi un gel sur certaines parcelles du Saumurois et des épisodes de grêle localisés en région Centre. La vigne accuse un retard de 2 semaines environ. La pression des maladies cryptogamiques est faible en raison du froid. La sortie de grappes est élevée, mais on note des avortements fréquents de grappes (« filage »). La pleine floraison n’a pas été atteinte, rendant très incertaine cette première prévision.
 
Dans les Charentes, le développement de la vigne a été retardé de 2 à 3 semaines comparé à la moyenne, en raison de conditions météorologiques froides et humides. La floraison, hormis sur Chardonnay, n’a pas atteint le stade pleine floraison. Le débourrement et les belles sorties de grappes laissent envisager, à ce stade très précoce, un potentiel de rendement supérieur à celui de 2012. Pour autant, les conditions de floraison dans les prochains jours seront déterminantes pour mesurer avec plus de précision ce potentiel, la coulure étant observée sur les premiers cépages.
 
Dans le Sud-Ouest et le Bordelais, l’état végétatif est assez hétérogène. Il est noté un retard du vignoble de 2 à 3 semaines, la floraison est en voie d’achèvement fin juin. La pression sanitaire,forte pour le mildiou, est dans l’ensemble maîtrisée. Le risque de coulure est important, mais les conséquences sur le potentiel de production ne seront appréhendées que dans les semaines à venir.
En Midi-Pyrénées, malgré des sorties de grappes initialement prometteuses, les fortes précipitations au moment de la floraison laissent craindre une coulure importante et un possible millerandage. La prévision est donc très incertaine à ce stade.
En Languedoc-Roussillon, le retard est estimé entre 10 et 15 jours comparé à la moyenne. Après de belles sorties de grappes, la floraison est contrariée par un climat changeant et des précipitations parfois abondantes. Certains cépages comme le Grenache pourraient être touchés par la coulure. Malgré des attaques localisées de mildiou, l’état sanitaire est maîtrisé. En ce début d’été, les disponibilités hydriques sont inhabituellement élevées.
Dans les autres vignobles du Sud-Est, un retard végétatif de 10 à 21 jours est relevé selon les secteurs. De belles sorties de grappes sont constatées en majorité. Les maladies, peu fréquentes, sont pour l’instant sous contrôle. La floraison, en cours, se déroule normalement, mais avec des risques importants de coulure sur Grenache. La production régionale est prévue en hausse comparée à 2012.
En Corse, un petit retard du développement des grappes n’obère pas pour l’instant le potentiel de récolte qui s’annonce équivalent à celui de 2012.
 
[Illustration : production française de vins en millions hl ; Source : SSP]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé