LE FIL

Buzet

Le vignoble s'inquiète du tracé de la Ligne Grande Vitesse

Mardi 08 mai 2012 par Alexandre Abellan

Buzet : le vignoble s'inquiète du tracé de la Ligne Grande Vitesse

« Ils nous usent, mais ils ne nous épuiseront pas. » Président du syndicat de l'appellation Buzet, Benoît Cugnière reste mobilisé et passionné, malgré l’absence de réponses à ses demandes d'information sur le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO). Aujourd’hui, le tracé de ces 417 km de lignes nouvelles entre Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne est quasiment fixé (à 50-80 mètres près). La portion Bordeaux-Toulouse traverse de part en part l’appellation Buzet. Sur les 2 000 hectares de ce vignoble du Lot-et-Garonne, 20 hectares de vignes devraient ainsi être arrachées.

Au-delà du manque d’information et de concertation concernant ces futures acquisitions/expropriations foncières, Benoît Cugnière remet en cause le manque de prise en compte des spécificités viticoles de Buzet. « Nous avons beau participer à toutes les réunions publiques, nos demandes et interventions ne débouchent sur rien de précis. »

Car si la ligne à grande vitesse pose des problèmes évidents d’accès aux parcelles traversées par la voie ferrée, des répercussions viticoles sont également à prendre en compte. A cause des tunnels de courants d’air, des évolutions des microclimats sont à craindre autour du tracé. Les impacts sur le régime hydrique posent également question, tout comme le choix des couverts végétaux en bords des voies et des insectes pouvant s’y nicher.

Comme l'ajoute Benoît Cugnière « et l’on ne parle même pas des circuits oenotouristiques et de randonnées dans notre paysage vallonné... Ce projet de Ligne de Grande Vitesse dépasse notre syndicat, c’est un sujet politique de niveau européen. Comme dans la fable de Jean de La Fontaine, c’est le pot de terre contre le pot de fer. » Afin de gagner en poids, le Syndicat des Vignerons de Buzet se rapproche de la SAFER locale, de l'INAO de Bergerac, ainsi que des syndicats des appellations de Fronton et Graves, également concernées par le GPSO.

Suite à une décision ministérielle de début avril 2012, l’enquête d’utilité publique du GPSO dure jusqu'à fin 2013. L'entrée en phase de Déclaration d’Utilité Publique est prévue pour la fin 2014. Après la publication du décret déclarant l’utilité publique, les procédures d'acquisitions des terrains dans l'emprise du tracé débuteront dans le cadre du Code de l'Expropriation.
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé