LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Alsace

Les vignerons indépendants s’offrent une vitrine à Strasbourg

Mercredi 21 juillet 2021 par Christophe Reibel

Bail conclu entre Francis Backert président du Synvira (à gauche) et Jean-Luc Heimburger président de la CCI.
Bail conclu entre Francis Backert président du Synvira (à gauche) et Jean-Luc Heimburger président de la CCI. - crédit photo : Christophe Reibel
D’ici la fin de l’année, une centaine de domaines devraient disposer d’un espace de présentation et de vente collectif en plein centre de la capitale alsacienne.

« Constater que les vins d’Alsace ne sont pas assez présents à Strasbourg est une vieille rengaine. Le Synvira va donner l’exemple et montrer ce qu’il faut faire ! » lance Francis Backert, président du Syndicat des vignerons indépendants d’Alsace (Synvira) ce 19 juillet, à l’occasion de son assemblée générale tenue dans les locaux de la Chambre du Commerce et de l'Industrie Alsace Métropole à Strasbourg (Bas-Rhin).

La chambre consulaire loue au syndicat une partie de son immeuble de style Renaissance bâti en 1585, place Gutenberg, à deux pas de la cathédrale. Le Synvira y autofinance actuellement pour 300 000 € les travaux d’aménagement d’un espace de vente de 200 m² au rez-de-chaussée et d’une surface équivalente au sous-sol. « Ce sera avant tout un outil de communication. Mais il devra également avoir une rentabilité économique. Il s’adressera autant aux touristes qu’aux Strasbourgeois eux-mêmes ainsi qu’aux restaurateurs qui pourront faire appel à son stock en cas de besoin » poursuit Francis Backert.

Engagement entre 3 500 et 4 000 €

Ce concept a largement séduit dans les rangs des 440 adhérents du Synvira. La jauge limitée à 100 domaines est pleine à quelques mois de l’ouverture prévue « avant le marché de Noël 2021 ». Chaque vigneron partenaire devra s’engager à hauteur de 3 500 à 4 000 € (la somme exacte n’est pas définitivement arrêtée). Ensemble, ils pèseront 70 % du capital de la SAS créée pour l’occasion, 30 % restant au Synvira. Chaque domaine pourra sélectionner cinq des vins de sa carte pour offrir aux visiteurs un « large éventail de terroirs et de prix », sans pour autant faire de l’ombre aux professionnels (les cavistes par exemple) déjà actifs sur la place.

Devant présenter une démarche de certification environnementale, les viticulteurs seront invités à assurer à tour de rôle une présence sur place car il s’agit de « mettre l’accent sur la convivialité » et « donner envie de découvrir le vignoble ». Les prévisions tablent sur un budget de fonctionnement annuel de 500 000 €, des dégustations payantes et une hypothèse basse de ventes de 50 000 bouteilles cédées en moyenne 10 €, dont la moitié en ligne. Pour éviter la constitution d’une trésorerie démesurée, le viticulteur ne sera crédité du produit de ses ventes qu’une fois la somme encaissée.

Dupliquer le modèle

Ce projet a demandé au Synvira d’adapter ses statuts. Il doit lui apporter des revenus supplémentaires alors que son budget annuel actuel tourne autour du million d’euros. Si le succès attendu se confirme le Synvira se dit prêt à dupliquer son concept dans d’autres villes et pas forcément en Alsace. Il dispose pour cela d’un réservoir de 25 domaines placés sur liste d’attente.

 

 

Le futur espace de vente et de présentation occupera l’angle des locaux de la CCI. Des affiches placées aux fenêtres annoncent son ouverture prochaine.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé