LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Report de dette

Les vignerons indépendants demandent le gel des encours bancaires

Lundi 03 mai 2021 par Alexandre Abellan

La priorité est d’alléger la dette pesant sur les entreprises pour réduire les prélèvements réduisant leur maigre trésorerie.
La priorité est d’alléger la dette pesant sur les entreprises pour réduire les prélèvements réduisant leur maigre trésorerie. - crédit photo : Luc Jennepin (Vignerons Indépendants de France)
À la veille d’une réunion de travail entre la filière viticole et le ministère de l’Agriculture, les vignerons indépendants s’inquiètent de l’absence de mesures de réduction de l’endettement.

Violentes, les gelées d’avril dernier vont exacerber le besoin en trésorerie du vignoble prévient Jean-Marie Fabre, le président des Vignerons Indépendants de France. Préparant une réunion de travail ce 4 mai avec le ministre de l’Agriculture, Julien Denormanie, sur la mise en musique du plan d’aides exceptionnelles annoncé ce 17 avril par le premier ministre, Jean Castex, le vigneron languedocien Jean-Marie Fabre alerte sur « un trou béant dans la raquette ».

Si les premiers échanges entre la filière et les cabinets ministériels évoquent les conditions d’éligibilité pour les exonérations de charges sociales et le dégrèvement de la taxe sur foncier non bâti, il n’y a pas de propositions gouvernementales concernant le volet bancaire. « Nous demandons une année blanche automatisée, avec le report à la fin du plan et la prise en charge des intérêts intercalaires. Il faut dégager de la capacité de trésorerie » milite Jean-Marie Fabre, qui ne dévie pas dans son combat pour la préservation des trésoreries vigneronnes mises à mal par les crises qui ne cessent de se télescoper (surtaxes américaines, pandémie covid, commerce post-Brexit…).

"C’est un sujet pour les entreprises les plus fragilisées "

Cette année blanche bancaire pour l’emprunt des entreprises ne constitue pas un « abandon de dette, c’est le report tous les encours » précise le vigneron de Fitou, pour qui il s’agit d’une attente forte, qui causerait plus que de la frustration si elle n’était pas entendue. « Sans année blanche bancaire automatique, le dispositif exceptionnel n’aura d’intérêt que pour les entreprises ayant le moins fait face aux difficultés sanitaires (grâce aux ventes au négoce et à la grande distribution, à la distillation de crise…). C’est un sujet pour les entreprises les plus fragilisées, qui n’ont plus de commercialisations directes (CHR, salons…), ont eu recours et utilisé un Prêt Garanti par l’État (PGE*)… Ils ont tiré sur l’élastique » alerte Jean-Marie Fabre.

Témoignant de la détresse qui pèse actuellement sur le vignoble français, le président des Vignerons Indépendants souligne que le « gel est l’élément qui a fragilisé des gens qui sont dans le dur depuis longtemps ».

 

* : Jean-Marie Fabre demande également l’allongement des durées d’amortissement des PGE pour lever une nouvelle pression attendue sur les trésoreries.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé