LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Phytos

Premières apparitions de mildiou et d'oïdium

Jeudi 29 avril 2021 par Marion Bazireau
Article mis à jour le 30/04/2021 17:05:00

Les traitements ne concernent pour l’heure que les vignes non gelées.
Les traitements ne concernent pour l’heure que les vignes non gelées. - crédit photo : Christelle Stef
Par suite des pluies passées ou annoncées dans le Sud et sur la façade Ouest, certains viticulteurs ont démarré leur campagne de protection phytosanitaire contre le mildiou ou l’oïdium dès cette semaine.

En Gironde, dans l’Hérault, dans l’Aude, ou dans le sud de la Bourgogne, plusieurs viticulteurs rapportent avoir réalisé leur premier traitement phytosanitaire sur les vignes réchappées du gel, en prévision ou suivant des petits épisodes pluvieux.

« J’ai réalisé le mien le 28 avril et certains de mes collègues ont commencé le 18 » raconte Kevin Carnis, à Pauillac, sur le groupe Facebook « Matériel et Viticulture ». 

Les Bulletins de Santé du Végétal (BSV) commencent en effet à appeler les viticulteurs à la prudence. Comme celui de Nord-Aquitaine ce 27 avril. « D’après nos résultats cette semaine, la majorité des œufs de mildiou, pouvant générer des contaminations épidémiques en fonction d’une pluviométrie suffisante, devrait arriver à maturité sur les prochains jours ».

Les rédacteurs se veulent néanmoins rassurants. « Aucune contamination épidémique n’est annoncée, excepté dans le cas de conditions météorologiques très pluvieuses d’au moins 40 mm de pluies cumulées ». Hormis dans les parcelles sensibles et sauf en cas de dégradation orageuses, les risques de contaminations au black-rot restent également faibles.

Attention en revanche à l’oïdium. « Des contaminations sont prévues si des pluies sont confirmées. Les conditions climatiques actuelles et annoncées (couvert, voire orageux) sont favorables au développement du champignon » prévient le BSV.

Globalement peu de risques

Dans le Centre-Val de Loire comme dans beaucoup de vignobles, les œufs de mildiou ne sont pas murs en quantité suffisante pour des contaminations épidémiques avant la fin de semaine. Cela sera à préciser la semaine prochaine et en fonction de l’évolution des données météo. La période reste défavorable aux contaminations d’oïdium car le stade de sensibilité de la vigne n’est pas encore atteint.

« Même s’il y a peu de risques en l’absence de pluies depuis plus de deux mois, je démarre la semaine prochaine sur mes vignes non gelées, pour l’oïdium et éventuellement le mildiou sur chardonnay, chenin, grolleau et cabernet-franc » indique néanmoins Antoine Bille, responsable des propriétés du pôle Loire des Grands Chais de France.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé