LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

3 000 €/ha

La pulvérisation phyto par drone à l'essai dans les vignes de Champagne

Mardi 02 mars 2021 par Aude Lutun

Aperçu de la démonstration hivernale par Sparnacus Drone.
Aperçu de la démonstration hivernale par Sparnacus Drone. - crédit photo : Aude Lutun
Une société de prestation champenoise, Sparnacus Drone, a réalisé deux démonstrations de pulvérisation par drone devant 90 vignerons. Cette jeune entreprise travaille en collaboration avec Drone Jet, basée dans les côtes du Rhône septentrionales.

La pulvérisation par drone intéresse les viticulteurs ! Ils étaient 90 à participer aux deux démonstrations organisées par Sparnacus Drone, à Avize puis à Romery (Marne), le 26 février dernier. Sparnacus Drône est une entreprise de prestation de pulvérisation par drone, dirigée par Sylvain Gallo-Selva et basée à Epernay. Cette jeune entreprise travaille en collaboration avec Drone Jet, qui officie dans le vignoble des côtes du Rhône septentrionales depuis 2019 et avec la société suisse Agri Aéro, qui va pulvériser 300 hectares cette année en Suisse.

A Romery, l’essai a été réalisé sur une parcelle bio de 40 ares, en légère pente. Bertrand Saulnier, de Drone Jet, était aux manettes. « Je vais faire passer le drone dans le sens du rang, mais il est possible de le faire en travers, précise-t-il aux participants. Le drone sera positionné à 2.5 m du sol, car il n’y a pas de feuille. Quand la saison végétative avance, il faut le monter pour obtenir un brassage d’air qui permet une meilleure diffusion du produit. On peut ainsi toucher les grappes basses. Dans le vignoble de Côte Rôtie, où le dénivelé est important, je termine la saison à une hauteur de 4.50 m ». Le réservoir contient 10 litres. Sachant qu’il faut compter 140 litres/ha par application, à une vitesse de 3.6 kms/heure (soit 1 m/seconde), la pulvérisation d’un hectare nécessite 1 heure 30 minutes.

Biostimulant

La pulvérisation par drone est très encadrée et seuls les produits non soumis à une AMM (autorisation de mise sur le marché) peuvent être pulvérisés par cette voie. Sparnacus Drone, tout comme Drone Jet, va travailler en collaboration avec les produits GETADE, qui sont classés dans la catégorie SNUB (substance naturelle à usage biostimulant). La pulvérisation par drone intéresse donc principalement les viticulteurs bio ou en biodynamie. L’association Arbre et Paysage en Champagne, présidée par Jérôme Courgey, était partenaire de cette démonstration.

Les intérêts à utiliser le drone sont multiples. « Cela permet d’éviter le tassement du sol et la dégradation des pieds dûe au passage des engins, précise Sylvain Gallo-Selva. Le drone facilite le travail en forte pente et présente un meilleur bilan carbone que le chenillard ». Cet ancien militaire met également en avant la meilleure réactivité du drone, le viticulteur n’ayant pas à attendre que le sol soit suffisamment sec pour permettre le passage d’un engin. Il est également plus adapté à un travail de nuit. Pour débuter sa première campagne, Sylvain Gallo-Selva s’est fixé un minimum de 10 ha à pulvériser. Le coût de sa prestation est de 3000 €/ha, avec un maximum de douze passages par hectare. Au 26 février, avant les démonstrations, le compteur avait atteint les 5.50 ha…

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé