Trucs et astuces

Comment s’en sortir avec 450 grammes par hectare de glyphosate par an ?

Jeudi 14 janvier 2021 par Marion Bazireau

L’application de glyphosate va devoir être raisonnée en fonction de la présence d’adventices vivaces.
L’application de glyphosate va devoir être raisonnée en fonction de la présence d’adventices vivaces. - crédit photo : IFV
L’IFV vient de publier une plaquette pour aider les viticulteurs à adapter leur stratégie de lutte contre les mauvaises herbes conformément au plan de sortie du glyphosate engagé par le gouvernement.

Avec la nouvelle restriction à 450 grammes par an et par hectare, en lieu et place des 2 160 g par an et par hectare, préconisée par l’Anses, les viticulteurs vont se retrouver dans l’impossibilité de réaliser deux applications de glyphosate par an.

« Il va falloir raisonner son apport en fonction de la présence ou non d’adventices vivaces, chiendent ou liseron, contre lesquelles les produits de prélevée ne sont pas assez efficaces » indique l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), dans une plaquette publiée ce 13 janvier.

Les ingénieurs de l’IFV recommandent aux viticulteurs qui souhaitent garder une application de glyphosate pour détruire les vivaces en juillet de gérer la flore par un travail du sol en amont, durant l’hiver et au printemps. « La première étape consiste à réaliser un cavaillon en octobre-novembre et de procéder à un décavaillonnage léger en février-mars pour éviter de toucher les racines » précisent-ils. « On procèdera ensuite à un ou plusieurs passages de lames bineuses en mai-juin pour fragmenter la terre et dissocier les mottes des racines des adventices ».

Limiter le développement du couvert

Même sans vivaces, la nouvelle dose autorisée ne suffira selon l’IFV pas à détruire un couvert végétal fortement développé en sortie d’hiver. Il va falloir travailler le sol à l’automne et réaliser un cavaillon pour sécuriser l’application de glyphosate. « Cette dernière pourra se faire en sortie d’hiver, en février-mars, en association avec un herbicide de prélevée ».

Si l’herbe réapparaît en mars ou en avril, il faudra désherber mécaniquement avec une décavaillonneuse ou des lames bineuses, en envisageant plusieurs passages selon les conditions climatiques.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
CognacXO Le 28 janvier 2021 à 17:12:31
Bon...on va mettre tout le monde d'accord...Comme vous m'avez l'air tous très calés en agronomie et en technique, je vous donne RDV en mai 2022 pour vous donner la solution à tous vos problèmes...le tout sans herbicides ....et en gagnant plus de temps qu'avant...sans même polluer la nature...et sans faire de mal aux vers de terre. Je n'en dis pas plus...juste un peu de bon sens paysan suffirait à certains...au lieu de donner des leçons à tous...On en reparlera l'année prochaine, je vous le promet...mais je me garde l'exclusivité de mes recherches....A bon entendeur
Guy Le 19 janvier 2021 à 18:14:04
@ Jérôme . J'ai une question pour vous. Moi, j'ai cinquante ans et j'ai aidé mes parents dans les années 80 à bêcher la vigne avec au menu, liseron grimpant jusqu'au fil du haut et chiendent. Avez vous connu cela ? Perso, je n'ai pas envie de revenir à ce temps là... Que les firmes se bougent pour nous trouver des produits efficaces respectueux de la nature et des gens, ce qui devrait mettre tout le monde d'accord. Et bouffer du gazole à passer dix fois par an pour sarcler l'herbe avec les interceps, n'est pas la solution non plus... tout comme perdre des récoltes, car une entreprise a une obligation de résultat autrement, elle met la clé sous la porte.. et la viticulture, ce n'est pas QUE les grands châteaux du Médoc et de Saint-Emilion... C'est aussi plein de toutes petites exploitations de quelques hectares dont je fais partie. Aussi, le bio n'échappe pas à la loi de l'offre et de la demande et considérer que le prix du tonneau va demeurer à 2500 euros lorsque tout le monde sera au bio, c'est se fourrer le doigt dans l'oeil .. n'en déplaise à une activiste anti pesticide. Autrement dit, les paysans essuieront (encore ) encore les plâtres en étant une fois de plus la variable d'ajustement.. Ils auront les contraintes et les risques de production sans avoir la sécurité de vendre bien leur produit.
ouiouiisnotdead Le 16 janvier 2021 à 09:45:56
Bonjour à tous Je vous souhaite une bonne et heureuse année dans le monde de ouioui. Comme le dit Pioupiou, je vais reprendre ma pioche, cela ne me pose pas de problème, par contre j'aimerai bien que tu viennes pour me fouetter pendant que je le ferai, histoire de rajouter du plaisir durant ce travail (d'autant plus, comme tu le dis "motivé comme un diable" humm…) Comme conseillé par la vache je vais acheter des moutons, par contre merci de m'indiquer la marque que tu me conseilles ( à 5 pattes, de Panurge…), merci pour tes conseils ton savoir et ta sagesse, en plus ils feront double emploi (voir le mouton de mickeal keal ). Avec mes plus chaleureuses, respectueuses et sincères amicales salutations
Benny Le 15 janvier 2021 à 13:53:34
Le travail du sol est l'outil anti-agronomique numéro 1! Érosion hydrique et éolienne, tassement des sols (ça parait contradictoire et pourtant!), dégagement de CO2, dégradation de l'activité biologique des sols, etc... Plutôt que de critiquer l'usage du glyphosate à des doses raisonnables, ouvrez les yeux vers ce qui se fait en grandes cultures en Agriculture de Conservation des Sols (voir les travaux de Frédéric Thomas, Konrad Schreiber, Lucien Seguy et bien d'autres encore) ou le travail du sol est tout simplement banni ou au pire sur les 2-3 premiers centimètres du sol, semis direct et couvert végétaux en sont la recette principale. Techniques d’entretien des sols qui sont également de très bons alliés de la vigne! Quand a traiter les utilisateurs d'herbicides chimiques de fainéants, ces propos sont injurieux, insultants! Venez nous montrer comment vous savez manier la pioche et bien sur au même tarif Ha qu'un cavaillon entretenu chimiquement, soit environ 130 à 200€/ha (2-3 passages de tracteur et un total de 600 à 900Grs de glypho/ha/an), je crains qu'à ce tarif il n'y aura pas beaucoup de volontaires....
Jérôme Le 15 janvier 2021 à 12:52:36
incroyable cette peur de l herbe que l on appelle mauvaise. il faut de toute urgence renouer avec le vivant et faire un peu d agronomie
pioupiou Le 15 janvier 2021 à 02:39:39
allez la bande de feignant la pioche et en avant quand on vous entend parler C est "quand on était jeune on fesait tout à la main" Hé ben c est bon c est reparti comme avant sa devrait flatter votre égo oopsss j oublier vous êtes des menteur pour exploiter des ouvriers comme moi alors vive le bio et tempi pour les menteur feignant et ignorant du bien que on fait à la nature sans glyphosate AU FAITE MON ÂGE 30 ANS À PEINE EET MOTIVÉ COMME UN DIABLE👹👹👹👹👹 VIVE LE BIO
Je Le 15 janvier 2021 à 00:20:10
Je réponds à la vache Tu n es même pas capable de mettre quelque chose dans ton assiette Et puisque que tu es si fort retroussé les manches ret viens m aider
Pierrot (Marcel) Le 14 janvier 2021 à 20:57:52
J'invite tous les beaux parleurs et les donneurs de leçon du net a venir nous faire voir dans les coteaux de quoi ils sont capables avec une pioche... Toujours pareil, les conseilleurs ne connaissent rien a la viticulture, les ministres non plus d'ailleurs...
La vache Le 14 janvier 2021 à 18:05:59
Mettez y des moutons.!! Mais la terre et l'herbe sont tellement empoisonnés qu'ils risquent d'en crever !!! Saloperie d'humains. OZET
Popeye76 Le 14 janvier 2021 à 17:29:09
Fait on du vin seulement depuis l'avenement du glypho???le travail du sol presente beaucoup d'interets dans la vie du sol et facilite la penetration des pluies!!!!il faut arreter de voir les contraintes sans regarder les benefices!!!quand les associations de consommateurs ruineront les reputations des viticulteurs a causes des residus de phytos ils n'auront plus qu'a arracher les vignes ou passer en bio!
Valérie Murat Le 14 janvier 2021 à 13:35:11
Quoiqu il en soit, Il n y aura aucun contrôle comme a l cvoutume en viticulture qui repose sur la chimie de synthèse. Les vignerons accro à la chimie continueront de bombarder leurs parcelles en toute impunité.
La vache Le 14 janvier 2021 à 13:23:09
Putain. C'est 450 g de mort !!! Qu'on leur interdise cette saloperie et qu'ils se baissent pour enlever à la main ce qui les gène tant.!!! Et comment faisait le paysan avant sque ces saloperies existent ??? Une bèche et de la vertu !! Un peu plus de savoir et de sagesse.!! Connerie des hommes !! La facilité conduit à la mort !!
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé