LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Paroles d'ingénieurs

Passer au zéro herbicide coûtera entre 10 et 20 000€ par an à chaque exploitant

Mardi 24 novembre 2020 par Marion Bazireau
Article mis à jour le 26/11/2020 08:10:49

Ces chiffres sont issus d'une étude des Chambres d’agriculture dans 18 domaines du Val de Loire, de la Vallée du Rhône, de la Bourgogne, du Beaujolais, du Bordelais, du Cognaçais, de l’Hérault et de la Champagne.
Ces chiffres sont issus d'une étude des Chambres d’agriculture dans 18 domaines du Val de Loire, de la Vallée du Rhône, de la Bourgogne, du Beaujolais, du Bordelais, du Cognaçais, de l’Hérault et de la Champagne. - crédit photo : APCA
La perte de rendement induite par le passage au travail du sol va faire augmenter les charges à l’hectolitre des viticulteurs. Ils pourraient perdre jusqu’à 20% du produit brut de leur exploitation et l’équivalent d’un SMIC sur leurs revenus avant impôts.

Les Chambres d’agriculture ont calculé le coût du passage au zéro herbicide dans 18 domaines du Val de Loire, de la Vallée du Rhône, de la Bourgogne, du Beaujolais, du Bordelais, du Cognaçais, de l’Hérault et de la Champagne. « Ces domaines sont représentatifs des modèles majoritaires de chacun des vignobles. 13 sont déjà entrés dans une démarche de réduction des herbicides en passant au désherbage mécanique de l’inter-rang » expliquent les auteurs de l'étude, destinée à servir de base de travail aux conseillers viticoles.

L’augmentation des charges totales à l’hectare n’est pas spectaculaire. Comme la majorité des domaines étudiés ont commencé à s’équiper d’outils de travail du sol, les ingénieurs l’estiment à 3% en moyenne. Ils ont en revanche calculé une augmentation des charges totales à l’hectolitre moyenne de 13%, du fait de la perte de rendement très souvent constatée les premières années, liée à des « labours trop profonds combinés à un enherbement mal maîtrisé ou une fertilisation insuffisante des sols ».

Augmentation du temps de travail

Pour les domaines ayant entamé leur transition, l’augmentation du temps de travail est comprise entre 3 et 11 heures/ha. Pour les autres, elle s’élève à près de 14 h/ha. « Sur le Val de Loire, les viticulteurs auraient besoin de recruter près de 200 personnes qualifiées pendant 4 mois » indiquent les auteurs. « Cela semble difficilement applicable dans un contexte déjà tendu sur la main d’œuvre. »

Dans l’hypothèse d’une baisse de 20% du rendement, les viticulteurs coopérateurs pourraient perdre jusqu’à 20% de leur produit brut (en €/ha). « Les exploitations qui vendent à la fois en vrac et en bouteilles seraient moins impactées. En Bourgogne et dans le Beaujolais, leur produit brut diminuerait tout de même de 15 et 17%. »

"-8 à -153% de résultat "

In fine, dans le cas d’une récolte amputée de 10%, l’hypothèse intermédiaire des Chambres, la diminution du résultat courant par actif familial se situe entre 10 000 et 20 000 euros par an pour une grande majorité des systèmes étudiés. C’est l’équivalent du montant d’un demi à un salaire annuel au SMIC. « La perte de résultat évolue dans une fourchette comprise entre -8% et -153% ».

Pour pallier ces pertes, il faudrait que les viticulteurs augmentent le prix moyen de l’hectolitre de 3% à 22%. « Encore faut-il que le consommateur l’accepte » reconnaissent les auteurs, qui encouragent les pouvoirs publics à augmenter leur soutien à la filière.

Parmi les 18 cas étudiés, ce sont un viticulteur vendant son beaujolais en vrac au négoce et un coopérateur de la Drôme qui seraient les plus touchés. Le détail de l’étude est disponible ici.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
MG Le 30 novembre 2020 à 07:52:10
Et pis tous le monde sait que Mme Marion préfère les Bahamas (Humour).
VignerondeRions Le 28 novembre 2020 à 17:38:44
Cher David et autres de la même trempe, c'est hallucinant de constater que si on ne fait pas dans la démagogie pseudo écolo bio, alors nous sommes financé pour cela par le lobby des phytos. Pour Mémoire bien des laboratoires fabriquent aussi des médicaments pour les humains, les animaux en plus de ceux pour les plantes. Alors j'espère sincèrement qu'au grand jamais vous n'utilisez leurs produits. Concernant les herbicides dont il est question dans cet article, je suis assez convaincu qu'il vaut mieux désherber 50 cm sous le rang 2 fois par an en contact, plutôt que de travailler bien plus souvent . Le bilan bénéfices/risques est bien meilleurs, au delà du simple bilan carbone, le travail répété n'est pas bon pour la biologie des sols, et contenir les adventices sur le cavaillon (suivant les régions et la pluviométrie) nécessite de trop nombreux passages. Mais ce n'est pas politiquement correct de tenir ce discours.
J.Henry DAVENCE Le 28 novembre 2020 à 11:22:41
Cher David, ce pas Mme Bazireau qui a eu le voyage, mais les élus des chambres... Cherchez l'erreur
La rédaction Le 27 novembre 2020 à 16:31:59
Cher David, Je vous remercie pour ce commentaire. La rédaction de Vitisphere est indépendante. Je n'ai donc pas été aux Maldives mais j'ai repris les conclusions de l'étude pilotée par le réseau national des Chambres d'agriculture. Vous pouvez suivre le lien disponible à la fin de l'article pour approfondir le sujet. Marion, pour Vitisphere
David Arnaiz Le 27 novembre 2020 à 15:48:54
Chère Marion, avez-vous gagné un voyage aux Maldives offert par Bayer en échange de cet article fort contestable ?
tchoo Le 27 novembre 2020 à 10:58:01
Pour Bordeaux, la baisse des rendements va bien tomber puisque surproduction il y a mais l'augmentation des prix c'est du rêve pour l'instant
Viticulteur Le 25 novembre 2020 à 06:34:40
Il faut pas tomber dans le panneau de l'administration et justement faire une viticulture de bon sens avec l'aide des plantes (couverts végétaux) et un herbicide maitrisé si besoin et c'est tout travail du sol c'est une catastrophe écologique première Source de pollution bien avant herbicide il faut reprendre notre métier à bras le corps et Arrêté d'écouter les oiseaux de mauvaise augure.
Benji Le 24 novembre 2020 à 19:26:13
Il est intéressant de voir les militants bios monter au créneau dès que l’on démontre l’impact d’une décision purement politico idologiquement ecolo ! Les mêmes militant qui ne veulent pas intégrer le bilan carbone engendré par leurs pratiques ni s’attaquer aux produits ménagers,médicaments,importations etc.... La priorité et de défendre l’agriculture française sans tomber dans le piège des lobbyistes bios qui ne pense que profits sur le dos des vrais producteurs bios la preuve quand on regarde les rayons bios des supermarchers ou on trouve des productions bios étrangères incompatible avec les productions françaises bios ou non
Lingot Albert Le 24 novembre 2020 à 18:46:01
L'herbe dans les vignes était courante dans les années 1960. Chaque herbe est un micro laboratoire constituant l'équilibre et la non érosion des sols. C'est bien loin d'être un handicape financier, santé publique et viticole. Ça a le gros avantage de régler les récoltes trop abondantes.. Ça évite les insecticides. Avec ça, cépages résistants aux maladies. C'est le NEC plus ultra a remettre en place.
Caillet Le 24 novembre 2020 à 18:20:57
Il ne faut pas s'emporter ainsi. Viticulteur dans l'Hérault je suis d'accord avec les chiffres. Beaucoup de temps en plus à l'hectare plusieurs passages de tracteur. Ça fait du gnr des heures de tracteurs des blessures aux ceps voire arrachés... J'ai fait huit ans d'intercep. J'ai fait une pose pour remettre les vignes propres( ronces genets endropogon...) j'y reviendrai mais le calcul semble juste.
Alex Le 24 novembre 2020 à 17:26:12
Cette article est assez honteux je suis navré. L'étude mentionnée est maigre, et l'article ci-dessus est un travail de surface avec une position bien axée "anti-bio". Cela fait des LUSTRES que ce changement a été fait dans des milliers d'exploitations avec pour conclusion aucun des effets qui sont mentionnés. Ridicule.
Vigneron en Colère Le 24 novembre 2020 à 16:54:55
Une fois de plus une seule facette du sujet est exploré. Le coût de l'élimination des herbicides est quantifié selon cette étude. Mais ce qui est intéressant c'est de le comparer au vrai coût de l'utilisation des herbicides, sans rien oublier, et notamment les coûts de santé, de dépollution, de délocalisation des productions à cause de la stérilisation des sols... Mais le sujet est bien trop sensible, et bien trop lucratif pour des acteurs avides de fric sur le dos de la planète et de ses habitants.
Remi Le 24 novembre 2020 à 14:54:30
Les fourchettes sont tout de mêmes larges et la base de travail de cette étude paraît bien "légère" (18 "cas") eu égard au nombre total d'exploitations viticoles dans notre pays.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé