LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Covid-19 oblige

Cognac table sur une baisse de 20 % de ses ventes en 2020

Jeudi 17 septembre 2020 par Alexandre Abellan

Pascal Pinet va quitter la présidence des maisons de Cognac ce début octobre, avant de préparer sa succession à la direction de Courvoisier.
Pascal Pinet va quitter la présidence des maisons de Cognac ce début octobre, avant de préparer sa succession à la direction de Courvoisier. - crédit photo : SMC
Alors que les vendanges charentaises battent leur plein, les projections commerciales actent un repli conséquent des commercialisations, tout en tablant sur un rebond à moyen-terme.

Face à la pandémie liée au coronavirus, le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) a établi divers scénarios concernant ses impacts sur l’économie mondiale. « Si le covid-19 ne perdure pas en 2021, le scénario le plus probable que nous ayons envisagé prévoit une baisse de 20 % des commercialisations sur l’année 2020 » explique Patrice Pinet, qui achève son deuxième, et dernier, mandat de président du Syndicat des Maisons de Cognac*.

Le directeur général des cognacs Courvoisier (groupe Beam-Suntory) souligne qu’à la fin août 2020 les expéditions d’eaux-de-vie charentaise sont en baisse de 14 % depuis le début de l’année. Si les effets de la crise de coronavirus sur les exportations de cognacs restent incertains, les maisons charentaises soulignent les tendances positives enregistrées sur le marché américain, qui reste particulièrement actif. Si les signes d’intérêts des marchés asiatiques ne se concrétisent pas en termes d’affaires, Patrice Pinet estime possible que le bilan 2020 soit plus proche de -15 que de -20 % pour les ventes cognaçaises.

"Rebond des commercialisations "

Le BNIC tablant sur « un rebond des commercialisations permettant de retrouver les volumes d’avant crise dans deux ans », Patrice Pinet explique que les projections d’avenir seront révisées en avril 2021. Avec l’élection du nouveau président de l’interprofession, le Business Plan qui calibre les rendements et les nouvelles plantations va être mis à jour. Pour le millésime 2020, ces indicateurs ont été révisés : avec un réajustement du rendement à 12,80 hectolitres d’alcool pur par hectare (hl AP /ha) pour un rendement agronomique moyen attendu de 10,80 hl AP/ha (« un millésime normal » pour Pascal Pinet) et une baisse à 2 300 hectares des demandes de nouvelles plantations (cliquer ici pour en savoir plus).

Alors que la crise du coronavirus déséquilibre le vignoble français, la filière charentaise se prépare déjà à des discussions et négociations complexes avec les autres bassins viticoles pour pouvoir planter de nouvelles vignes. « Il est toujours compliqué d’expliquer un plan à 15-20 ans quand les autres personnes ont le nez collé à l’actualité » explique Patrice Pinet, qui affirme sa confiance dans la capacité de rebond de sa filière. « Il y a déjà eu des à-coups et des crises par le passé, avec des rattrapages assez rapides, c’est fréquent, on l’a étudié. Il ne faut pas surréagir, ce serait pénalisant pour l’avenir » conclut-il.

 

* : Tenu ce 11 septembre, le conseil d’administration du SMC vient d’élire ses nouveaux membres, qui choisiront un nouveau président ce 6 octobre. Achevant son deuxième mandat, Patrice Pinet ne peut se représenter, il reste membre de droit du conseil d’administration du SMC et prépare sa succession à la tête des cognacs Courvoisier, d’ici deux ans.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé