Autofinancement

Valérie Murat va analyser les résidus phytos de 20 bouteilles de vins

Mardi 09 juin 2020 par Alexandre Abellan

« Mesurons nous-mêmes, à travers une campagne d’analyses pesticides les écarts entre le marketing, les annonces, les promesses et la réalité des pratiques professionnelles » annoncent les associations Alerte aux Toxiques et Infos Médoc Pesticides.
« Mesurons nous-mêmes, à travers une campagne d’analyses pesticides les écarts entre le marketing, les annonces, les promesses et la réalité des pratiques professionnelles » annoncent les associations Alerte aux Toxiques et Infos Médoc Pesticides. - crédit photo : DR
La militante antiphytos a levé 5 000 euros ce premier semestre 2020 pour confronter les annonces du virage environnemental viticole à la réalité des cuvées présentes sur le marché. Bordeaux est de nouveau ciblé, mais pas seulement.

 

« Les institutions viticoles parlent d’un virage écologique » critique Valérie Murat, la porte-parole du collectif Alerte aux Toxiques, estimant que seules « les analyses de résidus de pesticides dans les bouteilles de vin sont des marqueurs fiables des vraies pratiques ». Ayant déjà analysé, et épinglé, par le passé des vins de Bordeaux (notamment ceux du président de l’interprofession Bernard Farges ainsi que celles de la première union coopérative girondine, Tutiac), la militante antiphytos veut passer un cap avec l’analyse de 148 molécules dans vingt vins de Bordeaux et d’ailleurs.

Lancée fin janvier dernier par Alerte aux Toxiques et le Collectif Infos Médoc Pesticides, une campagne de levée de fonds a récolté 5 000 euros pour réaliser ces analyses, dont il ne sera rien dit de plus en amont. Si ce n’est la volonté affichée de souligner « les écarts entre le marketing, les annonces, les promesses et la réalité des pratiques professionnelles ».

(À suivre)

Mobilisée contre les pulvérisations de pesticides pendant le confinement, Valérie Murat va voir l’origine de son combat adapté en bande-dessinée. Sous le titre "la vigne dans le sang, les racines d'un combat", la dessinatrice Natacha Sicaud va représenter dans la prochaine revue Pandora (éditions Casterman) le combat judiciaire de Valérie Murat pour la reconnaissance en maladie professionnelle du cancer de son défunt père, le vigneron James Murat (suite à l’utilisation d’arsénite de sodium).

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé