LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Bordeaux

Pour un billet acheté, le musée du vin offre une bouteille

Samedi 23 mai 2020 par Colette Goinere

Le Musée du vin et du négoce de Bordeaux a ouvert dès le 18 mai. Il est le premier musée de la ville à accueillir des visiteurs après la période de confinement.
Le Musée du vin et du négoce de Bordeaux a ouvert dès le 18 mai. Il est le premier musée de la ville à accueillir des visiteurs après la période de confinement. - crédit photo : Musée du vin et du négoce de Bordeaux
Privé de sa clientèle d’étrangers, qui constitue 90% des visites, le musée du Vin et du Négoce tente d’attirer les visiteurs locaux en repensant son offre.

C’est le premier musée à avoir réouvert ses portes à Bordeaux. Ce lundi 18 mai, le musée privé du Vin et du Négoce, implanté dans le quartier des Chartrons, était prêt pour accueillir du public, avec respect des mesures sanitaires. La circulation à l’intérieur du musée a été repensée, et le gel hydroalcoolique figure en bonne place. Crée en juin 2008 par Gregory Pecastaing, négociant et Marie-Chantal Leboucq, exerçant dans le tourisme, le musée retrace sur 360 mètres carrés, l’histoire du négoce qui a pris racine dans ce quartier. Les techniques de production au fil des siècles, sont passées en revue. Une salle de dégustation permet de découvrir les vins de Bordeaux et de les acheter dans la boutique attenante. 400 références de vins de châteaux et de négociants sont proposées.

Avec une forme associative, le musée affiche un budget mensuel de 15 000 euros, dont 3500 € de loyer. Pas facile de tenir l’équilibre. « Nous ne bénéficions pas de subventions, pas plus que du soutien de l’interprofession. Seul l’office du tourisme de Bordeaux assure la billetterie » lâche Gregory Pecastaing. Sur 32 000 visiteurs annuels, 90 % sont étrangers. Avec le covid-19, il a fallu repenser la stratégie et tenter d’attirer la clientèle locale.  Du coup pour tout ticket d’entrée acheté (10 €) le public a droit à la visite guidée d’une demi-heure (pas plus de 9 personnes à la fois), et à la dégustation de deux vins. Cerise sur le gâteau : il repart avec une bouteille de vin de Bordeaux (vin de récoltant ou vin de négociant) qui lui est offerte.

Destockage local

« Face au marasme que vit la filière viticole girondine, nous avons voulu soutenir la consommation locale et permettre aux viticulteurs de déstocker. En offrant une bouteille, le visiteur peut ainsi découvrir un vin et avoir envie d’aller sur place à la propriété, à la rencontre du vigneron « explique-t-il. Gregory Pecastaing a convaincu une centaine de viticulteurs et une dizaine de maison de négoce d’adhérer à sa démarche. 6 000 bouteilles ont ainsi été réservées par le musée dont 40 % de vins de négociants. « J’ai pu négocier l’achat des bouteilles autour de 3 euros TTC. On les retrouve entre 9 et 11 euros chez les cavistes notamment » indique-t-il.

Les enfants qui suivent la visite du musée ne sont pas oubliés. Un pied de vigne leur est offert. Un partenariat a été passé avec un pépiniériste qui a vendu au musée le pied de vigne à 2 € HT. Une centaine de pieds est actuellement stockée dans un local qui bénéficie d’un bon ensoleillement.

Dès lundi prochain, ce 25 mai, Gregory Pecastaing lancera une campagne de communication : utilisation des réseaux sociaux, appel aux médias avec des tickets d’entrée à gagner pour les auditeurs de radios, distribution de 5000 flyers dans les rues les plus fréquentées de Bordeaux, avec pour slogan : « soutenons nos vignerons. Venez découvrir la grande histoire des vins de Bordeaux ». Le message est clair.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé