LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Sortie de crise

Le Val de Loire peaufine sa gestion des volumes de vin en 2020

Lundi 11 mai 2020 par Patrick Touchais

Chaque AOC de Loire est invitée à gérer ses volumes de vins, notamment son stock.
Chaque AOC de Loire est invitée à gérer ses volumes de vins, notamment son stock. - crédit photo : Patrick Touchais
Le Val de Loire prépare sa sortie de crise en travaillant sur l’équilibre offre-demande de chaque appellation.

En Loire, comme ailleurs, la crise sanitaire du Covid-19 a sévèrement ralenti le commerce. Ceux qui répartissent leur volume entre différents marchés : particuliers, GD, export, CHR, cavistes, s’en sortent sans doute un peu mieux, mais le constat est là : les ventes sont en chute. “On peut estimer que la filière du Val de Loire vend un tiers de son volume normal depuis le 15 mars”, indique Jean-Martin Dutour, le président d’Interloire.

Prospectives

Pour anticiper la sortie de crise, chaque appellation a été appelée à travailler sur la gestion de ses volumes avant la fin de l’été. “Les ODG doivent tirer un bilan économique prospectif d’avant récolte. Que vend-on habituellement par mois ? Que vend-on ce moment ? Quel sera le stock ? Il s’agit de voir quel est le meilleur outil pour chaque produit : jouer sur le rendement ? Stocker ? Distiller…? Ça permettra d’évaluer la future récolte et travailler les équilibres offre-demande”, précise Laurent Ménestreau, président de la Fédération viticole de l’Anjou, et responsable des Commissions marchés, économie et prospective au sein de l’interprofession ligérienne.

"On a manqué de vin il n’y a pas si longtemps"

La gestion des stocks, qui inévitablement vont augmenter, est aussi sur la table. “Il faut savoir si on est en capacité de bien héberger ces volumes, qui pourront nous servir plus tard. Il ne faut pas avoir la mémoire courte. On a manqué de vin il n’y a pas si longtemps”, poursuit Jean-Martin Dutour. A condition que ces volumes soient qualitatifs…

Sur ce point, sondés par la CVVL (Confédération des vignerons du Val de Loire), les ODG ont fait remonter leurs éventuels besoins en termes de distillation. Le volume serait de l’ordre de 200 000 hl. Cette enquête a été réalisée sur la base d’une indemnité de 80 €/hl.

Enfin, un travail a été lancé entre l’interprofession et les ODG pour programmer une campagne de communication pour l’été. Et peut-être en novembre. “La clé c’est la vitesse à laquelle nous retrouverons une situation normale. Si c’est un mois ou six mois, ce ne sera pas la même chose pour les entreprises”, conclut Jean-Martin Dutour.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé