LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Covid-19

Le CIVB centralise les commandes de masques du vignoble bordelais

Lundi 27 avril 2020 par Marion Bazireau

Les masques du CIVB sont vendus par 50, à 0,55€ l'unité.
Les masques du CIVB sont vendus par 50, à 0,55€ l'unité. - crédit photo : DR
Une première livraison de 100 000 masques est prévue le 11 mai. Les vignerons qui en ont fait la demande pourront les récupérer auprès de leur syndicat.

En vue du déconfinement, le CIVB propose aux vignerons bordelais de participer à des commandes groupées de masques jetables d’une durée de vie de 4 heures, conditionnés par 50, pour un tarif de 0,55€ l’unité. « Cette initiative répond aux nombreuses sollicitations que nous avons reçues de l’ensemble de la profession, vignerons comme Maisons de négoce » expose Sara Brio Lesage, au CIVB. « Grâce aux différents syndicats régionaux, qui centralisent et nous font remonter les demandes de leurs adhérents nous avons déjà pu lancer une première commande de 100 000 masques. Le fournisseur nous a confirmé qu’ils seraient livrés le 11 mai, jour du déconfinement ».

Au moins 80 000 nouveaux masques supplémentaires sont déjà demandés. En cours de finalisation, cette deuxième commande ne sera sûrement pas la dernière, tant les syndicats qui participent à l’opération croulent sous la demande. « Le téléphone n’arrête pas de sonner », témoigne en effet la secrétaire du syndicat Médoc, Haut Médoc et Listrac. Les ODG Saint-Emilion, Pomerol, Fronsac, les Graves, ou Castillon sont également de la partie.

Dans la lettre d’information de leur Syndicat du 23 avril, les adhérents des AOC Bordeaux et Bordeaux supérieurs ont en revanche découvert le message suivant: « Nous ne centraliserons pas les commandes de masques jetables. Il nous apparaît que l’empreinte écologique est trop importante. Si vous souhaitez commander des masques réutilisables par vous même, voici des fabricants : Easyflyer et Dejeanmarine ».

Bordeaux et Bordeaux sup très frileux

Interrogé, le Président du syndicat, Marc Médeville se montre très frileux vis-à-vis de la démarche. Pas du fait de son « empreinte écologique », comme indiqué dans la lettre, mais parce qu’il ne souhaite faire prendre aucun risque à ses salariés. « Sur 25, seuls 3 sont encore physiquement présents sur le site de Beychac, pour assurer l’activité capsules, avec les plus grandes précautions. Nous limitons le nombre de visites extérieures à 5 par jour. Les commandes se font en avance, les paiements sans contact… L’intention du CIVB est louable, mais comment assurer la sécurité de mon personnel si les gens viennent récupérer leurs masques 50 par 50, comme dans une boulangerie ? »

Face à la multiplication des appels de ses adhérents, Marc Médeville pourrait infléchir sa position. Il admet réfléchir à des solutions pour assurer ce service à partir du 11 mai.

D'autres sources d'approvisionnement

Sans passer par le CIVB, les chefs d’exploitations peuvent aussi se fournir en masques et équipements de protection auprès de la plateforme de C-Discount (initiative soutenue par le gouvernement), à un tarif de 37,50€ les 50 masques, ou de la plateforme STOPCOVID19.fr (masques, gels et solutions hydroalcooliques)

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé