Désherbage

Ce robot tue aux micro-ondes !

Mercredi 05 février 2020 par Vincent Gobert

Image 3D du robot en train de désherber l'intercep
Image 3D du robot en train de désherber l'intercep - crédit photo : Eleos
Une start-up développe un robot autonome qui désherbe avec des micro-ondes. La machine est douée d’intelligence artificielle.

L’exploration continue. Après le désherbage par la flamme, l’eau chaude, ou encore l’électricité, place aux micro-ondes. La start-up canadienne Eleos Robotics développe le « RoboWeeder » à destination, notamment, de la viticulture. Vitisphere vous en parlait déjà il y a un peu plus d'un an et l'histoire continue. Le robot électrique autonome et « intelligent » désherbe à l’aide d’une technologie dite diélectrique s’approchant fortement de celle des micro-ondes. L'appareil élimine les mauvaises herbes en les chauffant. Il détruit leurs cellules, les déshydrate et crée un choc thermique mortel. Mais avant d’éliminer les mauvaises herbes, le robot doit les détecter et les identifier ! C’est là qu’intervient son programme d’intelligence artificielle. Il reconnaît les adventices grâce à une camera pour appliquer ses ondes à distance de manière ciblée ou sur des zones prédéfinies par une carte de préconisation. De jour comme de nuit, Il est prévu que le robot patrouille en GPS à la recherche de ses cibles. Pour ce faire, Eleos lui assure sa charge de manière autonome avec une station à proximité à laquelle il se rend seul. Il doit fonctionner sans supervision. Un domaine vitivinicole de Kelowna, en Colombie Britannique, a enfin accepté de le tester dans ses opérations culturales à partir de ce printemps. Il y aurait plusieurs autres options d'achat.

L’argent tous risques

Avec ce développement, la start-up souhaite « rendre obsolète les herbicides grâce à la technologie de robotique 4.0 » ! Leur robot est donc tout naturellement « la technologie de désherbage potentiellement la plus disruptive du monde », rien que ça. Il faut dire qu’elle souhaite attirer les investisseurs. Et ce n’est jamais gagné d’avance pour ce genre de pari. Si Eleos a rapidement pu réunir plus de 175 000 $ pour construire un prototype preuve de concept, le dernier investisseur en date à avoir mis de l’argent sur la table, Glenbriar Technologies Inc., vient d’annoncer ce 27 janvier la résiliation de l'accord visant l'acquisition d'Eleos Robotics. L'accord datant de début 2019 prévoyait une valorisation d'environ 4,75 millions de dollars, mais uniquement si certains jalons de développement et de commercialisation étaient atteints dans les 12 mois suivants. Or le développement semble prendre plus de temps que prévu. À ce jour, Glenbriar a avancé 665 000 $ à Eleos à des fins de développement. Les parties ont décidé de mettre fin au projet de prise de contrôle. À sa place, l’investisseur a acquis 18% d'Eleos en contrepartie des avances consenties ainsi qu’un droit de regard sur la stratégie de financement. Eleos remboursera 40 000 $. Reste à espérer que les projets dans la région viticole de Kelowna se déroulent sans accrocs.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Dominique Techer Le 06 février 2020 à 16:00:47
Je n’arrive pas à comprendre comment des projets aussi intrinsèquement foireux arrivent à lever de telles sommes d’argent. Il est de bon ton de critiquer l’agriculture biologique et ses présumées consommations excessives de gasoil. Et là, il suffit qu’un tel projet se présente comme high-tech tech 4.0 pour échapper à toute critique sur son bilan énergétique. Or, ce projet est une catastrophe environnementale. Batterie au lithium, métaux rares et électricité à gogo : a-t-on réalisé dans quel goulot d’etranglement nous dirigent de telles orientations ? Carlos Tavarez PDG de PSA avait soulevé ce problème gravissime. Pourtant, pas de soupçon que ce soit un écolo partisan du retour à la bougie et à la brosse à dent mécanique. Il avait déjà pointé les ressources limitées en lithium et en métaux ....rares. Mais il a abdiqué devant l’engouement irrationnel pour la pseudo-nouveauté. A-t-on aussi réalisé que notre entreprise nationale de production d’électricité est objectivement une entreprise en faillite, plombée par une dette colossale, par des projets de réacteurs qu’elle est incapable de mener à bien et qu’elle continue pourtant à vendre sur plan, etc.... je suis étonné par le succès médiatique de ces projets « futuristes high-tech » alors que d’excellents outils « low tech » de travail du sol sont maintenant au point, depuis que les constructeurs ont enfin intégré la fin du glyphosate. L’usage de ces outils, souvent simplement traînés, n’entraîne pas au total un bilan carbone supérieur aux mirages de la high-tech tech. Tout cela donne vraiment l’impression que les micro ondes attaquent un peu certaines neurones.
Bernard Genot Le 05 février 2020 à 10:50:41
L'idée est bonne . Prenez un bol et mettez de l'herbe verte dedans et passez le tout au microonde En 1 mn vous aurez seché l'herbe , 1 mn de plus et vous déclenchez un incendie dans le bol et le microonde si vous n'etes pas assez rapide . Mais le hic c'est qu'il vous faut de la puissance ( 2kw pour le microonde ) Je crains que le probleme majeur soit la reserve d'energie à transporter par le robot ou les allez retours incessants pour se recharger .
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé