LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Chenillard autonome

Agreenculture dévoile le robot Céol

Lundi 13 janvier 2020 par Vincent Gobert

Le prototype de robot interligne et hybride Céol construit par la start-up Agreenculture a fait ses premiers pas en vigne
Le prototype de robot interligne et hybride Céol construit par la start-up Agreenculture a fait ses premiers pas en vigne - crédit photo : Agreenculture
La start-up Agreenculture teste une première version de son robot chenillard Céol en vigne. Une autre version, plus polyvalente, sera produite au printemps.

Centéol a un petit frère, et bientôt plus. La start-up Agreenculture créée en 2016 vient de dévoiler sur les réseaux sociaux les premiers pas de Céol dans une vigne, avec un outil à dent et un outil de tonte. Il s’agit d’une adaptation du robot autonome Centéol pour les grandes cultures, miniaturisé en robot pour les pépinières de sapins de Noël. Son originalité réside dans l’utilisation d’un système de positionnement et d’un guidage tous deux entièrement « faits maison », développés en interne. De plus, il s’agit d’un chenillard hybride, « à moteur thermique, à batteries et à propulsion électrique » détaille Jérôme Asmar, responsable du développement agronomique. Pour couronner le tout, sur la balance, la bête pèse moins d’une tonne. « On ne cherche pas à reproduire un tracteur, explique Jérôme Asmar. Nous développons une solution d’assistance adaptée aux travaux répétitifs, d’où son poids ». Agreenculture pense aussi à la préservation du sol. « Certes, des chenilles, c’est plus difficile à guider. Mais ça tasse moins le sol. On accède aussi à plus de terrains par rapport aux roues, notamment en conditions humides ».

Autonomie de 24 heures et relevage classique

Deux robots Céol ont d’abord été testés en pépinières de sapins depuis deux ans. Puis un troisième a été dédié aux cultures en ligne, notamment la vigne. Ce robot est étroit, il est adapté aux inter-rangs de 0,9 à 1,5 mètres. Agreenculture promet une nouvelle version ce printemps, avec un autre châssis, pour les vignes et les cultures pérennes plus larges. Cette dernière sera toujours guidée grâce au système GPS et à la correction RTK. Mais elle recevra une autre motorisation. L’objectif est de pouvoir l’envoyer sur un panel plus large de parcelles en pente. Même si Agreenculture se défend de reproduire un tracteur, l’idée de la start-up est de pouvoir atteler n’importe quel outil à Céol. Le robot dispose donc d’un relevage classique. Là aussi, c’est une caractéristique unique qui démarque ce robot interligne.

Partenariat Pellenc

Si l’on se souvient du challenge robotique lancé par le CIVC en 2018, on retient que Vitibot et Agreenculture en partenariat avec Pellenc avaient été lauréats de ce concours champenois. Céol n’est toutefois pas le fruit de ce travail. Agreenculture confirme qu’il y a bien un projet de développement en cours en partenariat avec Pellenc, mais qui est différent. La famille des robots viticoles n’a peut-être pas fini de s’agrandir !

 

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé