Brexit, on a la date… mais pas les règles

Vendredi 13 décembre 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

La victoire de Boris Johnson vient clarifier la position des Anglais sur le Brexit. Incontestable, elle affirme une date qui n’est plus un mirage : le 31 janvier 2020, le Brexit sera une réalité. Après trois ans d’errements, c’est une clarification sur la date mais pas sur les relations commerciales entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne. Londres et Bruxelles vont en effet engager des discussions sur leurs nouveaux rapports commerciaux qui doivent aboutir fin 2020, avec la possibilité de prolonger les discussions durant deux ans supplémentaires. Ce qui ne sort pas les entreprises viticoles françaises du brouillard sur le marché anglais. Il faudra encore s’adapter à l’incertitude et patienter en croisant les doigts pour que le marché tienne. Comment la Commission européenne défendra-t-elle son agriculture et sa viticulture dans ses négociations ? Difficile de le dire pour l’instant. Alors qu’une nouvelle taxe punitive américaine se profile et que les grèves n’améliorent pas les ventes en grande-distribution française, se dessine de plus en plus le sentiment de la nécessité de repenser le modèle économique en profondeur. Entre un ministre de l’Agriculture, candidat à la mairie de Biarritz, qui enchaine les promesses et joue la montre sur la question des EGAlim et un ministre de l’Economie qui se limite à donner un coup de pouce en simplifiant la vente des vins aux particuliers, ce n’est pas ainsi que la dynamique sera sauvée !

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé