Relance commerciale

La bière a sa Saint-Patrick, le vin de Bordeaux veut sa Saint-Vincent

Mardi 16 juillet 2019 par Alexandre Abellan

La tournée des vins de Bordeaux pour la Saint-Vincent pourra reprendre la prière au patron des vignerons : « obtiens-nous […] une clientèle nombreuse et fidèle ainsi que la prospérité dans nos entreprises ! »
La tournée des vins de Bordeaux pour la Saint-Vincent pourra reprendre la prière au patron des vignerons : « obtiens-nous […] une clientèle nombreuse et fidèle ainsi que la prospérité dans nos entreprises ! » - crédit photo : Comité de la Saint-Vincent du Vézelien
Pour rebondir, la filière girondine compte créer l’évènement dans les points de vente les 24 et 25 janvier 2020. En soutenant une tournée française de la grande distribution, des cavistes et des restaurants.

Patron des vignerons, Saint Vincent est appelé à la rescousse par le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), qui compte faire de sa fête (chaque 22 janvier) une opération promotionnelle majeure pour contrecarrer ses difficultés commerciales actuelles (vente en repli de 13 % en grande-distribution et de 14 % à l’export). Les 24 et 25 janvier 2020, l’interprofession girondine va organiser sa première tournée française des vignerons, négociants et caves coopératives dans l’ensemble des réseaux de vente : grande distribution, cavistes et restauration.

« Peu connue du grand public, la Saint-Vincent est actuellement une fête évènementielle [dans d’autres vignobles]. L’idée est d’en faire un rendez-vous qui s’inscrive dans le temps, pour animer une période creuse de vente » explique Stéphanie Sinoquet, la responsable des marchés France et Belgique du CIVB, lors de l’assemblée générale de l’interprofession, ce 15 juillet. S’appuyant sur de premiers retours positifs d’enseignes, Stéphanie Sinoquet compte désormais fédérer les opérateurs bordelais pour muscler le taux de participation de l’évènement.

Animation du lieu de vente

S’inspirant de la Saint-Patrick qui anime les rayons de bières, cette Saint-Vincent sera pilotée par le CIVB via un site internet dédié, permettant à chaque opérateur d’animer un lieu donné. Sachant qu’un seul acteur des vins de Bordeaux sera autorisé par point de vente. Des forfaits de déplacement seront financés par le CIVB, qui prendra également en charge des coûts de logistique et de communication.  « Il y a une vraie innovation dans l’approche. C’est une proposition d’organisations collectives, mais ce sont des producteurs et des négociants qui s’engagent derrière leurs vins pour faire du bruit par leur présence physique » appuie le viticulteur Bernard Farges, réélu à la présidence du CIVB.

S’ajoutant aux bons de réduction ciblées (pour aider à vendre un million de cols en juin-août et octobre-décembre prochains), cette réponse conjoncturelle doit désormais être complétée par de profondes modifications de l’offre et de la distribution des vins de Bordeaux. « Notre filière doit s’adapter » face aux « évolutions structurelles dans la distribution (mutation des circuits : les cavistes, commerces de proximité et commandes en ligne étant préférés aux grandes surfaces) et les évolutions de la consommation des vins de Bordeaux (orientée vers les rouges, la production de vins de Bordeaux est pénalisée par la tendance du rosé, du blanc et du crémant) » diagnostique le négociant Allan Sichel, quittant la présidence du CIVB (mais restant membre de son bureau). « La crise est brutale » reconnaît son successeur, Bernard Farges, soulignant « ne rien s’interdire » pour l’avenir.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé