Champagne décomplexé

EPC vise les millénials avec un blida

Mercredi 12 juin 2019 par Aude Lutun

Le blida est un verre pratique et empilable.Le blida est un verre pratique et empilable. - crédit photo : DR
La marque vise les 25-35 ans avec une mode de consommation simple – le blida – et une offre épurée avec trois références au tarif unique de 27 €.

Lancée ce 11 juin en soirée à Paris, la marque EPC a pour objectif de dépoussiérer le mode de consommation du champagne. « Il y a une maison de champagne qui a révolutionné avec succès l’univers des bouteilles de champagne, c’est Ruinart, estime Edouard Roy, CEO d’EPC. Maintenant, c’est par la verrerie que l’innovation peut arriver. En suggérant une consommation du champagne dans un blida, nous voulons rendre ce vin plus accessible et plus décontracté ».

"Expériences de dégustation différentes"

Le blida est un petit verre pratique, empilable et résistant, très utilisé en Champagne pour les consommations informelles. « Les barmans à qui nous avons présenté les blidas sont séduits par ce nouveau de mode de dégustation, poursuit Edouard Roy. Cela permet des expériences de dégustation différentes ». Le prix est également plus attractif, sa contenance étant plus petite (9 à 10 cl). La coupe est souvent proposée à 12 € dans les lieux branchés contre 7 € pour le blida. Ce nouveau mode de consommation n’est pas sans rappeler l’esprit de la campagne de communication du syndicat des vignerons de Champagne. Cette dernière vise à rendre la dégustation moins ritualisée, en l’associant avec des plats quotidiens et en utilisant différents types de verres, et non plus exclusivement des coupes.

Simplicité de gamme

Outre la mise en avant du blida, EPC a pour objectif de simplifier l’offre en proposant une gamme de trois cuvées (extra-brut, brut et rosé) à un prix public de 27 €. Un seul cépage est choisi, le chardonnay. Le dosage des cuvées est de 3 g/l pour l’extra-brut et de 6 g/l pour le brut et le rosé.  Une gamme éphémère comprenant des cuvées parcellaires sera proposée en éditions limitées à un prix approchant les 40 €.

Les vins sont élaborés par des partenaires, en collaboration avec l’œnologue Richard Dailly. Pour l’instant, un vigneron – David Faivre – et la coopérative de Bethon participent à l’aventure. Les objectifs de cette nouvelle marque sont ambitieux. Edouard Roy vise 1 M€ de chiffre d’affaires sur le second semestre 2019, et compte déployer sa marque à l’export dès 2020. A Paris et en Ile de France, c’est le groupe Richard qui développera EPC dans les cafés et restaurants. EPC mise aussi sur la vente en ligne avec un site qui accompagnera les clients dans la conception de leur fête ou de leur événement.

 

 

 

Une levée de fonds de 1,5 M€

La jeune start-up EPC a levé 1,5 million d’euros pour son lancement. Xavier Niel (Kima), Cédric Siré (Webedia) et Cédric Sellin (Aruba Networks) figurent parmi les financeurs.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
craoux Le 20 juin 2019 à 10:25:23
Je relis le 1er paragraphe qui suit immédiatement " Simplicité de gamme " et du coup je m'associe à l'interrogation de LN_RLY .. En effet, la rédactrice évoque un offre déclinée en trois cuvées - dont le rosé - et elle poursuit aussitôt en soulignant que seul un cépage - le Chardonnay - est choisi. Ah ! ... et le rosé alors, il est obtenu grâce à un tour de magie ? ... Une clarification serait peut-être bienvenue chère Aude.
Emilie Le 18 juin 2019 à 15:49:20
LN_RLY, il n'y a pas que du chardonnay en champagne, il y a également du pinot noir, du pinot meunier...
Emilie Le 18 juin 2019 à 15:48:54
Je ne comprends pas bien votre question LN_RLY, il n'y a pas que du chardonnay en champagne, il y a également du pinot noir, du pinot meunier...
LN_RLY Le 17 juin 2019 à 10:14:14
Peut-on m'expliquer comment on peut réaliser du champagne rosé avec uniquement du chardonnay ????
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé