Achat de Galoupet

Moet Hennessy a-t-il fait une affaire ?

Mardi 21 mai 2019 par Chantal Sarrazin
Article mis à jour le 24/05/2019 15:05:33

Le domaine comporte, en outre, un vignoble de 72 ha d’un seul tenant classé pour l’essentiel en côtes-de-provence et en côtes-de-provence
Le domaine comporte, en outre, un vignoble de 72 ha d’un seul tenant classé pour l’essentiel en côtes-de-provence et en côtes-de-provence - crédit photo : DR
Après Roederer, propriétaire des domaines Ott, Moët Hennessy est la seconde grande maison champenoise à s’implanter en Provence. A La Londe-les-Maures, lieu de l’acquisition, le président de la coopérative se réjouit de cette annonce.

Les rosés provençaux deviennent une denrée incontournable dans le portefeuille produit des grands groupes. Nouvelle preuve de cet attrait, l’arrivée du champenois Moët Hennessy dans le vignoble. Selon plusieurs média grand public, le groupe vient de se porter acquéreur du château Galoupet à La Londe-les-Maures (83). Un accord définitif de rachat a été conclu avec la famille anglo-indienne Shidvasani propriétaire de ce domaine depuis 1973 et auxquels les héritiers actuels consacraient moins de temps.

Des investissements récents

Le montant de la transaction n’a pas été divulgué, mais il s’élèverait, aux dires de l’agence Reuters, à 30 millions d’euros. Une « affaire » si l’on en croit un proche du dossier. À la recherche d’un acheteur depuis plusieurs mois, Galoupet aurait été initialement mis en vente à… 60 millions d’euros ! Il faut dire que plusieurs dizaines de millions d’euros ont été investis dans la réfection de la cave et d’autres installations. Le domaine comporte, en outre, un vignoble de 72 ha d’un seul tenant classé pour l’essentiel en côtes-de-provence et en côtes-de-provence La Londe et d’une majestueuse bastide provençale. La production est en grande partie commercialisée en grande distribution, notamment au sein de l’enseigne Casino. La filiale des Vignobles Raymond, ALB Wines, distribue également les rosés du domaine dans ce circuit.

Une bonne nouvelle

« Nous voyons l’arrivée de Moët Hennessy d’un très bon œil, témoigne pour sa part Éric Dusfourd, directeur de la cave coopérative de La Londe. C’est très positif pour l’image des vins de notre secteur. » « Aujourd’hui, de nombreux investisseurs sont présents en Provence, enchaîne le responsable. Les vignobles sont bien gérés et bien tenus. C’est l’essentiel. » Seul risque cependant que les coopérateurs soient tentés de leur vendre leurs raisins ou de leur céder des parcelles…  « Pour l’instant, nous n’y avons pas été confrontés », souligne Éric Dusfourd.

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé