LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Complément de gamme

La stratégie gagnant-gagnant de Vinexpo et des vins bio

Mercredi 15 mai 2019 par Alexandre Abellan

« En 2017 : 75 % des exposants ont eu des contacts avec des prospects. C’est énorme ! » se rappelle Gwénaëlle le Guillou« En 2017 : 75 % des exposants ont eu des contacts avec des prospects. C’est énorme ! » se rappelle Gwénaëlle le Guillou - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Le salon bordelais accentue sa mise en avant des vignerons alternatifs, permettant d’étoffer son offre tout en ouvrant de nouvelles demandes à la flière bio.

Après le tournant de l’édition 2017, et le lancement de l’espace bio World of Organic Wines, le salon bisannuel Vinexpo Bordeaux confirme en 2019 sa volonté de mettre en avant les vins bio et alternatifs. En témoigne ce mardi 14 mai la première venue au parc des expositions de Bordeaux de 55 domaines en biodynamie de l’association Renaissance des Appellations. Qui a tenu la veille son habituel salon off à Bordeaux, avec 60 exposants à l’espace Darwin (moitié moins qu’à l’accoutumée). « Nous venons à Vinexpo pour trouver une clientèle qui ne vient pas sur les offs, où l’on était plus étiqueté comme alternatifs » explique le vigneron ligérien Nicolas Joly, qui préside la Renaissance des Appellations. « C’est intéressant de mettre dans un même espace des vins aussi différents. Normalement, mes vins naturels m’amènent des importateurs plus petits que ceux que l’on croise à Vinexpo » confirme Sara Dioniso, Casa de Mouraz (Portugal).

Complémentarité

Même son de cloche pour les bio de WOW. « Nous sommes très complémentaires. Nous leur apportons de l’offre, ils nous amènent des visiteurs que l’on ne voit pas normalement » renchérit Gwénaëlle le Guillou, la directrice du syndicat des vignerons bio de Nouvelle Aquitaine, partenaire de l’espace bio. Qui ajoute que « pour le salon, l’objectif est d’attirer de nouveaux visiteurs qui ne venaient pas forcément, comme les cavistes et les restaurateurs. Pour les vignerons bio, cette participation permet de rencontrer le public classique de Vinexpo, à la recherche d’un complément de gamme. »

Avec 150 stands (+25 % par rapport à 2017), l’espace WOW doit permettre à ses exposants d’ouvrir de nouveaux marchés, notamment export. « Les prospects, c’est pour ça qu’on vient » confirme Guillaume Orban, des champagnes Bruno Michel (Pierry), qui a déjà pris des contacts américains, coréens, scandinaves.... Flexible, la formule de comptoir simple de WOW va de deux jours (1 500 € HT) à quatre jours (3 000 € HT). « Le prix pour 2 jours nous a permis de participer à Vinexpo, sinon le budget était trop important » témoigne Marie Cusso, du domaine Damiens (Madiran).

"On devient des gens fréquentables"

Attirant une foule autour de la star bourguignonne Lalou Bize-Leoy (domaines Leroy et d’Auvenay, voir ci-dessous), l’espace de la Renaissance Appellation affiche aussi des « prix raisonnables, [de l’ordre 500 € HT la table [, il aurait été dommage de ne pas venir » estime Catherine Delesvaux, du domaine Delesvaux (Anjou). Qui ne se fait pas d’illusion sur cette ouverture de Vinexpo aux alternatifs : « il est de bon ton d’avoir des vins bio et en biodynamie dans ses troupes. Au lieu d’être des parias, on devient des gens fréquentables… » Rejoindre l’évènement on pour un off ne tient pas de l’évidence. « Je ne suis pas sûr que ce soit notre chemin. Ici, c’est l’usine… » laisse planer Nicolas Joly.
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé