LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Languedoc

Du bio-isobutène pour le chauffage de la vendange

Mercredi 13 mars 2019 par Michèle Trévoux

Les dirigeants de la cave Héraclès avec Marc Delcourt (Global Bioenergies) et Emmanuel Emmanuel Mannooretonil (Butagaz) lors de la première livraison de bio-gaz
Les dirigeants de la cave Héraclès avec Marc Delcourt (Global Bioenergies) et Emmanuel Emmanuel Mannooretonil (Butagaz) lors de la première livraison de bio-gaz - crédit photo : Michèle Trévoux
Une cave coopérative du Languedoc est la première entreprise en France qui utilisera du bio-gaz. Ce gaz d’origine végétale va alimenter, en mélange avec du propane, la chaudière pour le chauffage de la vendange.

Ce mardi 12 mars, Butagaz a livré 3 tonnes de propane contenant 3,5% de bio-isobutène à la cave des Vignerons d’Héraclès à Codognan, qui sera la première entreprise en France à utiliser ce gaz bio-sourcé, destiné à alimenter sa chaudière pour le chauffage de la vendange. « Avec les Vignerons d’Héraclès, coopérative orientée vers la production de vins bio, nous nous retrouvons dans une volonté commune de réduire l’empreinte de la consommation énergétique. C’est la raison pour laquelle nous l’avons choisi comme site pilote », justifie Emmanuel Mannooretonil, directeur Développement nouveaux business chez Butagaz.

La cave a déjà réduit de 20% sa consommation énergétique

Premier producteur français de vins bio, les Vignerons d’Héraclès ont investi cette année 15 M€ dans la construction d’une nouvelle cave aux performances énergétiques améliorées. Grâce à la nouvelle chaudière à gaz, qui a remplacé l’ancienne installation au fuel, la coopérative gardoise a déjà réduit de 20 % sa consommation énergétique. Elle consomme entre 15 et 18 tonnes de propane par an pour le chauffage de la vendange. « D’autres livraisons de propane avec du bio-isobutène suivront dans le courant de l’année 2019. Nous souhaitons ainsi progressivement accompagner la coopérative dans sa transition énergétique », poursuit Marc Delcourt.
La production de bio-isobutène coûte aujourd’hui plus cher que l’isobutène obtenu à partir du pétrole. Les coûts seront comparables lorsque le prix du baril atteindra 120 $ (contre 65$ actuellement). Pour le moment, le prix facturé à la cave Héraclès est identique à celui du propane qu’elle utilisait jusqu’ici.

Un bilan CO2 réduit de 40 à70%

Fruit d’une technologie mise au point par Global Bioenergies, ce bio-gaz  est obtenu par fermentation des résidus de betteraves produits par l’industrie sucrière. Cette entreprise française, basée à Evry a travaillé pendant 10 ans sur l’obtention de bactéries génétiquement modifiées, aptes à transformer du sucre en isobutène, ce qu’aucune bactérie naturelle n’est capable de faire. Molécule dérivée du pétrole, cet iso-butène peut servir à la production de carburant, de kérosène ou entrer dans la composition de produits cosmétiques. Il peut également être introduit dans le gaz propane. Cette production à partir de ressources renouvelables permet de réduire de 40% à 70 % les émissions de CO2 sur tout le cycle de production, par rapport à l’isobutène issu de l’industrie pétrolière, assure Marc Delcourt, co-fondateur de Global Bioenergies.

3,5% de bio-isobutène 

« La proportion de bio-isobutène est limitée à 3,5% car il y a des normes à respecter. Aujourd’hui nous devons garantir au moins 90 % de propane dans notre mélange. Ça paraît pas grand-chose, mais si on introduit ne serait-ce que 5% de bio-isobutène dans le propane consommé à l’échelle nationale, ça fait des volumes », indique Emmanuel Mannooretonil. « D’un point de vue laboratoire, on pourrait aller jusqu’à 20%. Mais de toute façon, aujourd’hui, nous ne pourrions pas fournir car nous ne disposons que d’un site pilote, dont la capacité de production est limitée. Le projet n’est pas de remplacer 100% du propane par le bio-isobutène, mais d’introduire progressivement ce biogaz dans le propane », complète Marc Delcourt, co-fondateur de Global Bioenergies. Une usine de production de bio-isobutène d’une capacité de 30 000 tonnes par an devrait entrer en fonction en 2022 en région Champagne.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé