LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Restauration

Duclot joue carte sur table

Mercredi 13 mars 2019 par Colette Goinère

Ariane Khaida, directrice générale de Duclot : « Il y a une vraie demande de la part des consommateurs, des restaurateurs et des propriétés. Par cette opération nous sommes les ambassadeurs  des grands vins de Bordeaux »
Ariane Khaida, directrice générale de Duclot : « Il y a une vraie demande de la part des consommateurs, des restaurateurs et des propriétés. Par cette opération nous sommes les ambassadeurs des grands vins de Bordeaux » - crédit photo : Duclot
Pour sa huitième édition, le négociant bordelais Duclot étend son opération « carte sur table », à Hong Kong et en Espagne.

Le négociant Duclot détenu par la famille Moueix, propose depuis 2011, des prix cavistes pendant un mois dans des restaurants partenaires. Cette année, du 15 mars au 15 avril, une trentaine de restaurants du sud-ouest, du sud-est et de Paris vont jouer le jeu. Mais pas seulement.  Pour cette huitième édition, le négociant étend l’expérience  à Hong Kong (4 tables)  et à Barcelone, en  Espagne (5 tables). Le principe ?  15 grands Bordeaux issus des deux rives sont proposés, à prix « caviste », en harmonie avec la cuisine de restaurants étoilés ou celle des bistrots. Dans l’affaire, le négociant, les restaurateurs et les courtiers rognent sur leur marge pour cette opération. On est loin des coefficients multiplicateurs habituels dans les restaurants. Exemple : un Branaire -Ducru 2012, 4èm cru classé Saint Julien à 60 €.  Parmi les vins proposés, on trouve notamment Domaine de Chevalier 2016, cru classé de Graves Pessac Léognan Blanc, Lafite Rothschild  2004, 1er cru classé Pauillac, château d’Yquem  2015, 1er cru supérieur Sauternes, ou encore château Palmer 2008, 3 ème cru classé Margaux.

Il y a une vraie demande de la part des consommateurs

Sept éditions passées, quel est bilan ? Pas de chiffres mais une impression pour Ariane Khaida, directrice générale de Duclot : « Il y a une vraie demande de la part des consommateurs, des restaurateurs et des propriétés. Par cette opération nous sommes les ambassadeurs  des grands vins de Bordeaux »  indique-t-elle.

Le négociant bichonne la restauration. « C’est un travail de haute couture. Nous accompagnons les sommeliers. Nous les recevons aux primeurs. Nous les aidons dans la constitution des cartes » confie telle.  Un accompagnement qui ne s’arrête pas là. Duclot achète les vins en primeur et les portent pendant plusieurs années avant de les vendre à la restauration.  « Nous faisons du flux tendu en expédiant de petites quantités en fonction de leurs besoins. Nous savons que la restauration est un métier difficile.  On essaie de leur faciliter la vie » explique-t-elle.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé