LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Double plafond

2019, millésime de cumul des calculs du cuivre en bio

Lundi 04 mars 2019 par Alexandre Abellan

« Que l’on arrête de dire qu’il y a une dose de cuivre à 4 kg/ha/an. La réglementation européenne est de 28 kg/ha sur 7 ans » pose Marc Chovelon, ce 21 février au lycée de Montagne.
« Que l’on arrête de dire qu’il y a une dose de cuivre à 4 kg/ha/an. La réglementation européenne est de 28 kg/ha sur 7 ans » pose Marc Chovelon, ce 21 février au lycée de Montagne. - crédit photo : INRA
Faisant la transition entre deux règlements européens, cette année va nécessiter de prendre en compte la moyenne des quatre années passées, et d’anticiper les six années à venir.

Si la nouvelle réglementation européenne fixe depuis le premier janvier 2019 la dose de cuivre métal à 28 kilogrammes sur 7 ans dans tout le vignoble, les vignerons bio doivent encore veiller à respecter la précédente dose plafond, de 30 kg sur 5 ans. Cette dernière réglementation communautaire étant valable jusqu’au 31 décembre 2019 rapporte Marc Chovelon, le spécialiste viticole à l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique.

A LIRE AUSSI

Ça casse pour 20 % du vignoble français
La dose de cuivre tombe à 4 kg/ha/an lissée sur 7 ans
En attente d’avis de l’ANSES
Suspens sur les modalités de lissage du cuivre au vignoble

Tuilage

Faisant le point sur le sujet du cuivre lors des journées techniques vigne et vin bio, ce 21 février au lycée viticole de Montagne, l’expert souligne que les principes sont encore flous dans le détail, mais que le cumul des deux règles de calcul a été validé la commission intrants de l’Institut National des Appellations d’Origine (l’INAO). Année de tuilage, 2019 est un cas particulier où il faudra prendre en compte le cadre de l’ancienne réglementation tout en veillant à anticiper la relève du nouveau règlement.

À noter que si Marc Chovelon confirme que le principe de lissage semble acquis (le ministère de l’Agriculture l’ayant défendu à Bruxelles), il souligne que les types de cuivre pris en compte ne sont pas encore précisément connus. « Toutes les formes de cuivre seraient comptabilisées. Ce n’est pas net, mais les engrais foliaires seraient aussi pris en compte » rapporte-t-il.
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé