LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Gaillac

Cépages ancestraux et les bulles au centre de la stratégie de Labastide

Lundi 11 février 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

La Maison Labastide mise notamment sur les cépages ancestraux gaillacois tels que le Loin de l'oeil.
La Maison Labastide mise notamment sur les cépages ancestraux gaillacois tels que le Loin de l'oeil. - crédit photo : Maison Labastide
Un an après le lancement de son plan stratégique triennal, la cave de Labastide, rebaptisée Maison Labastide, dresse un premier bilan qui valide les orientations choisies. Point sur les changements avec une coopérative présente sur Wine Paris.

Un an après le lancement de son plan stratégique commercial triennal, les résultats sont là pour la cave de Labastide. Le chiffre d'affaires 2018 atteint les 12.5 millions d’euros, en hausse de 7 %. « Notre objectif est d’atteindre les 15 millions d’euros lors de l’exercice 2019/2020 » précise Arnaud Elgoyhen, directeur marketing et communication. Ce développement, l’entreprise le doit à un repositionnement marketing affirmé par un changement de nom. Désormais, la coopérative ne s’appelle plus « cave » mais « Maison ».

Mise en valeur des terroirs

« Nous avons choisi de nous dénommer Maison car le terme met en avant l’authenticité, les vins premiumisés. Il convient bien également à notre deuxième pôle d’activité : les vins effervescents indique Arnaud Elgoyhen, précisant que « Maison Labastide » est en train d’être déployé sur tous les packagings. Or, les vins authentiques et les vins effervescents sont au cœur de la stratégie marketing repensée. La Maison promeut ainsi des vins tranquilles à forte identité vigneronne avec des gammes qui signent les terroirs : des vins mettant en valeur la rive gauche du Tarn ou le noyau de Cunac. Il s’agit aussi de références qui révèlent les cépages traditionnels du gaillacois tels que le loin de l’œil ou le braucol.

Fort investissement sur les effervescents

Autre axe du développement marketing : la bulle. Produisant  près de 750 000 cols annuellement de vins effervescents , la Maison propose désormais une offre à 360° baptisée « l’Art des Bulllles ». Elle permet de classer ses vins selon l’intensité de leurs bulles et de les accorder à un moment de consommation privilégié les « perlants légers » pour le repas, les « perlants intenses » pour l'apéritif et les effervescents (méthodes traditionnelle ou ancestrale) pour les moments de célébration (cocktail, gala…). « Cette offre sera théâtralisée en grande distribution avec de la PLV qui porte le concept et un jeu concours permettant de remporter des week-ends dans le Tarn » précise Arnaud Elgoyhen.

Cette offre comprend donc la création d’un nouveau style de vin : les « perlés intenses ». Historiquement, la cave produit des perlés depuis 1957. La démocratisation de la bulle fait que les perlés ont un frémissement parfois trop discret pour les consommateurs d’aujourd’hui. « C’est pourquoi, nous lançons une référence à 2.5 bars, avec un PVC de 4.9 euros » explique Arnaud Elgoyhen. Déclinée en version Sweet (à base de Mauzac), Dry et Pink, la gamme « perlant intense » connaît un certain succès, notamment aux USA. Pour l’élaborer la Maison a investi dans des cuves isobares et une tireuse isobarométrique. La capacité de la nouvelle ligne d’embouteillage est également suffisante pour que la cave puisse proposer de la prestation de service pour l’élaboration de vins effervescents, comme c’est le cas actuellement pour InVivo Wine.

Cap sur la numérisation

La réorientation n’est pas que marketing. Au vignoble aussi, les choses bougent. La Maison Labastide affiche des objectifs ambitieux en matière de certifications environnementales. L’ensemble de son vignoble AOC doit être certifié HVE en 2020. A cette date, 15 % du vignoble doit également être certifié en viticulture biologique. Des actions sont également menées pour intégrer des services numériques. La coopérative déploie des sondes connectées qui enregistrent la température et l’hygrométrie du sol et  du feuillage pour que le vigneron puisse connaitre en temps réel ses données et adapter en conséquence ses actions au niveau de son vignoble. Elle propose également à ses adhérents les services de la plateforme « Ouifield » (achat groupé de fournitures ). Certains vont également tester « Aptimis », une application de gestion du temps de travail. De quoi préparer l’avenir.

 

 

En chiffres

Fondée en 1949

950 hectares de vignes présentes sur quatre terroirs : rive gauche, rive droite, noyau de Cunac et plateau de Cordais

110 vignerons

4 millions de cols/an

Distribution : 25 % du chiffre d’affaires est réalisée par la vente directe aux particuliers, 20 % par le marché traditionnel, 20 % par la grande distribution, 10 % par l’export et 25 % par le marché vrac.

50 salariés

3 chais de vinifications

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé