LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

En chiffres

Un début de campagne 2018-2019 marqué par une nette baisse des importations

Lundi 11 février 2019 par Juliette Cassagnes

Le volume de vin importé en France, essentiellement constitué de vin vrac, est en nette baisse sur la période d'août à novembre 2018.
Le volume de vin importé en France, essentiellement constitué de vin vrac, est en nette baisse sur la période d'août à novembre 2018. - crédit photo : Pixabay
Selon FranceAgriMer, les faibles récoltes européennes de 2017 ont fait évoluer les importations de vins en France, notamment en provenance d'Espagne.

La dernière note de conjoncture de FranceAgriMer fait le point sur les importations françaises de vins sur les 4 premiers mois de campagne 2018-2019, d'août à novembre.

Avec 2,13 millions d'hl, le volume, essentiellement constitué de vin vrac, est en nette baisse par rapport aux trois précédentes campagnes, et notamment la dernière. Sur la même période en 2017, il avait atteint les 2,46 millions hl. La hausse successive des importations constatée ces trois dernières années marque donc un arrêt, pour retomber au niveau de la campagne 2014-2015.

A l'inverse, FranceAgriMer constate une « progression marquée », de +10%, de leur valeur sur les 4 mois étudiés. Le montant total atteint 324 millions d'euros, un niveau jamais atteint. Le prix moyen des vins importé reste néanmoins encore bien faible, valorisé à 1,51€/L.

"Plus de vins vrac en provenance des USA"

La majeure partie des importations (79% des volumes) reste des vins vrac sans IG, provenant de l'Union européenne, en particulier d'Espagne. Mais « la part de marché d'origine UE tend à diminuer en volume comme en valeur au fil des campagnes, au profit de vins hors UE », note l'établissement. L'Espagne par exemple, qui était un acteur de poids ces dernières années, perd 11% de parts de marché sur la période par rapport à 2017. « La faible récolte européenne en 2017 peut expliquer cette baisse », analyse FranceAgriMer. Les prix des vins ibériques ont aussi connu sur ces 4 mois une très forte hausse (+32%), autre facteur pouvant expliquer cette perte de volumes.

La croissance des vins provenant des pays « tiers » à l'UE – mais dont les volumes sont encore loin d'atteindre ceux originaires de l'Europe – est portée par les Etats-Unis, qui enregistrent +180% en volume par rapport à la moyenne quinquennale. Mais les prix moyens de ces vins, qui sont à 88% du vrac, baissent de 47%. « Ces importations ont permis de pallier les faibles disponibilités en vins sans IG de l'UE suite à la récolte historiquement basse de 2017 », explique la note (pour la consulter, c'est par ici).

Illustration (source note conjoncture FranceAgriMer janvier 2019) : les importations de vins en France, en volume et valeur, depuis 2002

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé