LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Place de Bordeaux

Frédéric Olivar dirige Ballande & Méneret vers la densification commerciale

Mercredi 06 février 2019 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 07/02/2019 17:39:57

Frédéric Olivar est l’un des 40 employés de la maison Ballande et Méneret, qui compte une vingtaine de commerciaux.
Frédéric Olivar est l’un des 40 employés de la maison Ballande et Méneret, qui compte une vingtaine de commerciaux. - crédit photo : DR
Opérateur majeur des grands crus classés girondins, le négociant va poursuivre sa stratégie de développement des réseaux de distribution avec son nouveau directeur général.

En matière de crus classés, « les négociants ont un vrai rôle de metteurs en marché. En ayant la force financière de gérer les stocks pour les valoriser » pose Frédéric Olivar, le nouveau directeur général du négoce bordelais Ballande et Méneret. Avec un chiffre d’affaires de 95 millions d’euros réalisé l’an dernier, la maison est un acteur de poids sur la place de Bordeaux (réalisant 80 % de son activité sur vins de place et 90 % de ses affaires à l’export*). Comme d’autres maisons, Ballande et Méneret étoffe actuellement son réseau commercial sur l’ensemble de ses marchés.
Une stratégie que compte accentuer Frédéric Olivar. Qui s’appuie sur le maillage mis en place dans le secteur traditionnel français (cavistes, CHR…), qui recense 600 clients, pour 10 % de l’activité. Le marché américain représentant 15 % de l’activité du négociant, le stockage est déporté depuis l’an dernier dans les états de New York et de Californie. Selon un maillage mis en place par Axel Vallet, qui est le prédécesseur de Frédéric Olivar, ayant été le directeur général adjoint de Ballande et Méneret pendant dix ans (il réalise jusqu’à la mi-février le tuilage avec son successeur).

La campagne des primeurs 2018 sera clé

Après une campagne de primeurs 2017 « en demi-teinte [pour les grands crus classés de Bordeaux], la campagne des primeurs 2018 sera clé. C’est un grand millésime, voire très grand millésime chez certains. Le facteur prix est crucial, il faudra raison garder » se projette Frédéric Olivar. Entre les inconnues du Brexit, les craintes de guerre commerciale avec les États-Unis et le ralentissement économique en Chine, la situation internationale reste versatile. « Notre rôle est d’amener de nouveaux clients aux grands vins de Bordeaux pour les renforcer » se donne comme objectif Frédéric Olivar.

 

* : Le négociant réalise la moitié de son activité export en Asie (Chine, Hong Kong, Macao, Japon, Corée du Sud…).

Curriculum vitæ

Après avoir commencé carrière dans l’agroalimentaire (marques Heudebert et Amora du groupe Danone), Frédéric Olivar a rejoint les équipes commerciales des champagnes Pommery (à l’époque dans le groupe LVMH). Il est ensuite devenu le directeur commercial export de CVBG Dourthe Kressman (désormais inclus dans le groupe Thiénot) et était dernièrement le directeur de la filiale export du groupe de Bordeaux et Champagne Thiénot.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé