LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Étiquetage du vin

Comment la ministre de la santé souhaite agrandir le logo femme enceinte

Mercredi 06 février 2019 par Alexandre Abellan

Médecin, Agnès Buzyn assume de mettre en avant les dangers de la consommation de toutes les boissons alcoolisées. Sans pour autant récuser l’aspect convivial.Médecin, Agnès Buzyn assume de mettre en avant les dangers de la consommation de toutes les boissons alcoolisées. Sans pour autant récuser l’aspect convivial. - crédit photo : Création Vitisphere (avec portrait du Ministère de la Santé)
Les bouteilles d’alcool verraient le pictogramme barrant une femme enceinte s’agrandir de manière conséquente en 2020, selon les derniers projets d’Agnès Buzyn.

Si les réflexions, pour ne pas dire négociations, ne sont pas achevées, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, semble avoir une idée de plus en plus claire de la façon dont elle souhaite voir s’agrandir le pictogramme interdisant la consommation de boissons alcoolisées aux femmes enceintes. À partir de 2020, la dimension de ce logo serait fixée à 1,4 centimètre au minimum, d’après des échos de l’avenue Duquesnes. Le pictogramme resterait monochrome, serait toujours placé sur la contre-étiquette et ne serait obligatoire que pour le marché français.

Compromis

Si elle se concrétise, cette proposition hérissera des poils dans la filière viticole, où le sujet d’un agrandissement du logo femme enceinte est des plus sensibles*. Son utilité étant souvent remise en cause (au profit de l’accompagnement médical lors de la grossesse), alors que son poids économique est avéré (le marché américain refusant par exemple ce pictogramme, les opérateurs doivent tirer des étiquettes spécifiques). Mais les cris d’orfraies devraient aussi venir des tenants de l’abstentionnisme, alors que les premiers projets émanant du ministère de la santé proposaient un logo de 2,5 cm, cerclé et barré de rouge, imposé sur l’étiquette de face, le tout avec une mise en place dès 2019 pour toutes les bouteilles de boissons alcoolisées étiquetées en France. En parallèle, l’idée d’un nouveau logo, matérialisant l’interdiction de vente aux mineurs, a également été évoquée.

Aux dernières nouvelles, la ministre de la Santé semble avoir entendu la volonté de la filière vin de participer aux actions de prévention des consommations à risque (le plan de Vin et Société préconise ainsi un logo femme enceinte de 0,8 cm). Agnès Buzyn semble également avoir été sensible aux arguments de la filière vin pour atténuer ses premiers projets. Que ce soit en termes de surcoût des impressions couleur, de besoin de temps pour écouler les étiquettes déjà tirées et de ne pas imposer ce logo aux marchés export.

Campagne de prévention

La proposition d’Agnès Buzyn devrait être annoncée par le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, aux représentants de la filière vin qu’il reçoit rue de Varennes ce 7 février. Nul doute que ces derniers vont demander à être partie prenante des dernières phases de négociation. Mais les vignerons et négociants ne manqueront pas d’interpeller le ministre de l’Agriculture sur la prochaine campagne de communication préparée par le ministère de la Santé. Prévue pour le printemps 2019, cette campagne devrait viser les quantités conseillées de consommation de boissons alcoolisées. Si Agnès Buzyn affiche son écoute de la filière vin, elle doit encore entendre pleinement sa volonté de coconstruction de la politique de prévention.

 

* : Obligatoire depuis 2007, le logo n'a pas de taille minimale obligatoire. D'après les relevés de Vin & Société, sa dimension moyenne est de 0,4 cm sur les étiquettes françaises.

Consommation des femmes enceintes

"Malgré les recommandations des experts en faveur d’une abstinence totale pendant la grossesse, seul un quart de la population affirme que toute consommation d’alcool pendant la grossesse comporte un risque pour l’enfant et près d’un tiers des femmes enceintes continuent de consommer au moins occasionnellement des boissons alcoolisées. [...] Les femmes les plus jeunes et celles disposant des revenus les plus bas sont particulièrement concernées par ces consommations" alerte le dernier plan interministériel sur les addictions (cliquer ici pour en savoir plus).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Sylvain Le 08 février 2019 à 15:44:43
Pour répondre à Christian : Et demain vas t-on mettre un pictogramme indertit aux femmes enceintes sur : - Les produits au lait cru - Les poissons et fruits de mer crus - La charcuterie - La caféine - Etc Selon moi, il ne faut pas confondre prévention et dogme hygiéniste névrosé :) Laissons chacun choisir son mode de vie plutôt que de dicter toutes ses règles du citoyen modèle et RESPONSABLE. D'ailleurs, comment interpréter le mot "responsable" ? Suis-je responsable en achetant un produit fabriqué en Chine, suis-je responsable en utilisant ma voiture diesel pour aller au travail, suis-je responsable en utilisant un vélo électrique pour aller au travail, suis-je responsable en mangeant un fruit qui vient d'Amérique du sud, suis-je responsable en stockant mes photos sur le cloud, et la liste est très longue, très très longue ! Effectivement, la société évolue mais elle suit une tendances dangereuse selon moi, nous empruntons une pente très glissante car demain, tout ce qui pourra nuire à autrui de façon directe ou indirecte sera montré du doigt, lourdement encadré voire interdit !? Allez, à la vôtre ! PS : n'oubliez pas le lundi vert :)
MG Le 08 février 2019 à 10:46:21
Encore une fausse bonne idée. C'est aux gynécologues de faire de la prévention vis à vis de leurs patientes (quitte a ce que la filière finance une partie de la prévention). Le logo peut être de n'importe qu'elle taille ; les Gervaise Lantier sont du ressort de la médecine psychiatrique. @ Qui?Nous! réflexion stupide ; on boit pas d'anisette dans des coupes. Quand à l'évolution de la société, j'me marre ; c'est de l'infantilisation !
Qui?Nous! Le 07 février 2019 à 23:10:07
Si au moins elle tenait un verre à pied et pas un gobelet en plastique !
Christian Le 07 février 2019 à 11:37:46
Comment pouvez vous encore aujourd'hui vous offusquer d'une telle mesure? La société évolue et il faut s'en féliciter. Surtout lorsqu'elle le fait dans le bon sens. Vous préfériez que l'on continue a donner du vin au enfant dans les écoles????? ARRÊTEZ CETTE MAUVAISE FOIS . Prenez les choses en main et montrez votre sens de la responsabilité au consommateur, INNOVEZ..IMAGINEZ une nouvelle façon de consommer RESPONSABLE.
ener Le 06 février 2019 à 17:15:06
ALORS QUE LA CONSOMMATION DES MEDICAMENTS EST TOUJOURS EN HAUSSE ET QUE LEUR Méfaits SONT AVÉRÉS SUR LA SANTE? ON CONTINUE A VOULOIR PROHIBER LE VIN ET LES SPIRITUEUX. Le nombre de morts et de journées hospitalisation dus aux médicaments est toujours tabou! Les victimes des effets secondaires des médicaments chimiques ne sont pas des cas isolés. • 120 000 hospitalisations et 30 000 morts se produisent chaque année en France à cause des effets secondaires des médicaments (cf. Pr Debré et Even[1]). • Des ordonnances par dizaines de millions depuis quarante ans font que chaque Français absorbe aujourd’hui 4 comprimés par jour, la première consommation mondiale de médicaments[2]. • Les médicaments chimiques sont certifiés inefficaces par les scientifiques dans 78% des cas en ORL, 62% en gastro-entérologie, 50 à 60% en pneumologie, rhumatologie, allergologie et 18 autres spécialités[3].
ysimon Le 06 février 2019 à 15:23:17
Très bonne initiative de la part du gouvernement français qui j´espère se concrétisera et s´appliquera aussi en Espagne. Ce logo devrait être obligatoire sur toutes les bouteilles contenant de l´alcool et dans tous les pays. La prévention est indispensable pour éviter un mal irréparable. Le SAF (syndrome d´alcoolémie foetal) est encore un grand inconnu pour la société mais une dure réalité. De nombreuses familles vivent aujourd hui les conséquences désastreuses du SAF. Dans de nombreux cas, sans même que leur(s) enfant(s) soit diagnostiqué. De nombreux médecins savent à peine reconnaitre ce syndrome qui est souvent confondu avec le TDAH! Il est largement préférable d´opter pour une prévention sérieuse car la politique de l´autruche de certains, n´a pour conséquence que de reporter le problème dans le temps. En effet, un enfant SAF non traité très tôt par un spécialiste , c´est un futur adolescent ou adulte en proie à d´énormes difficultés d´intégration, de comportement,..(échec scolaire, violence, addictions...) .Le SAF provoque un retour de baton qui a de toutes façons des conséquences sociales, économiques... pour la société. Félicitation donc à Joel Forgeau, dans mon cas c´est un exemple car entre autres je suis producteur de vin dans la Ribera del Duero, en Espagne, et père adoptif d´un petit garçon qui souffre du SAF.....
Mamiger Le 06 février 2019 à 12:28:44
N'importe quoi, aujourd'hui toutes les femmes sont consciente qu'elles ne doivent pas consommer de l'alcool pendant la grossesse, donc si elles le font c'est qu'elles n'en on rien à faire, et ce n'est pas un logo aussi gros qu'il soit qui va les dissuader.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé