LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Saint-Estèphe

Natacha et Vincent Ginestet rachètent le château Domeyne à Claire et Gonzague Lurton

Mercredi 19 décembre 2018 par Alexandre Abellan

Pour Vincent Ginestet, l’acquisition du château Domeyne représente un retour au berceau de sa famille : Saint-Estèphe.
Pour Vincent Ginestet, l’acquisition du château Domeyne représente un retour au berceau de sa famille : Saint-Estèphe. - crédit photo : DR
Envisageant à terme une conversion à la bio, voire une candidature aux crus bourgeois, la propriété médocaine se voit comme bourguignonne dans son approche.

Issu d’une famille bien connue la place de Bordeaux, Vincent Ginestet n’a pas l’âme du négociant des Chartrons, mais bien du vigneron médocain. Après avoir cédé en 2015 le château Boston à son voisin, le château Palmer (grand cru classé en 1855 de Margaux), Vincent Ginestet reconnaît s’être ennuyé et n’avoir attendu qu’une occasion pour « remettre la main à la pâte ». Cette opportunité s’est présentée le printemps dernier. Avec sa femme, Natacha Ginestet, ils ont racheté le château Domeyne (8,3 hectares à Saint-Estèphe) à Claire Villars-Lurton et Gonzague Lurton, qui sont propriétaires des châteaux Dufort Vivens (grand cru classé en 1855 de Margaux), Ferrière (grand cru classé en 1855 de Margaux), La Gurgue (Margaux) et Haut-Bages Libéral (grand cru classé en 1855 de Pauillac), ainsi que de Trinité Estates (en Sonoma, Californie).

Ayant racheté en 2006 le château Domeyne, Claire Villars-Lurton en faisait suivre les vignes et vinifier les vins au château Haut-Bages Libéral. Assurant désormais la direction technique et les vinifications, Natacha et Vincent Ginestet ont investi dans un cuvier et ont des projets de rénovation des bâtiments de production (avec le concours de l’architecte Fabien Pédelaborde). Actuellement réduit à 7 hectares de vignes en production, le château Domeyne en vise 8,3 ha en 2020 après une série de replantations. Vincent Ginestet reconnaissant être intéressé par d’autres achats de vignobles pour compléter un parcellaire morcelé. « Notre propriété est réduite et éclatée. Nous allons adopter une approche bourguignonne » ajoute-t-il.

Bio et Cru Bourgeois

Ayant entamé à une époque une conversion à la bio (les domaines de Claire et Gonzague Lurton étant certifiés en biodynamie), le château Domeyne devrait retenter cette viticulture alternative. « La conversion est inéluctable, c’est ma conviction » annonce Vincent Ginestet, qui avait inscrit le château Boston dans une approche biodynamique. Alors que les candidatures au prochain classement quinquennal des crus bourgeois du Médoc sont étudiés, le château Domeyne n’a pas décidé de concourir (malgré des classements en 1932 et 2003). En vigneron, Vincent Ginestet se donne le temps d’analyser sa propriété avant de s’engager. À cette fin, une étude de terroir est actuellement par le cabinet Sovivins.

La transaction du château Domeyne a été réalisée par le cabinet de fusion-acquisition Wine Bankers.
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé