LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Cépages résistants

Jacques Gravegeal veut la fin de la rigidité administrative

Lundi 17 décembre 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

L'IGP Pays d'Oc s'apprête à intégrer cinq cépages dans son cahier des charges.
L'IGP Pays d'Oc s'apprête à intégrer cinq cépages dans son cahier des charges. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi*
Le président de l’IGP d’Oc n’a pas mâché ses mots lors de l’assemblée générale de son IG qui s’est tenue le 13 décembre à la Grande-Motte.

Au programme du rendez-vous annuel de l’IGP Pays d’Oc figurait en bonne place les cépages résistants. L’IGP s’apprête en en effet à demander au Comité national IGP de l’Inao du 4 avril prochain l'intégration en cépages secondaires de 5 d’entre eux. Il s’agit du cabernet blanc, du cabernet cortis, de muscaris, de soréli et du souvignier gris, classés en 2017. Ces cépages sont déjà plantés par des viticulteurs du Languedoc dont les parcelles et les vins sont suivies par la Chambre d’agriculture.

"Ce n’est pas à l’administration de gérer notre avenir !"

Sur la diffusion des cépages résistants Jacques Gravegeal, président de l’IGP d’Oc, veut avancer non seulement pour son IG mais également pour la France. C’est à un véritable coup d’accélérateur qu’il a appelé à la tribune ce 13 décembre. « Il va falloir que l’on change de braquet. Ce n’est pas à l’administration de gérer notre avenir ! Cela suffit que la France plombe son économique à cause d'ego individuel » a-t-il martelé, tout en rappelant que les Etats-Unis viennent d’autoriser les cépages résistants et que l’Australie et la Chine sont en train d’en planter. Le président a blâmé « ceux qui nous interdisent d’être dans la compétition mondiale », tout en précisant qu’il donnerait de la voix lors du conseil spécialisé vin de FranceAgriMer qui doit se tenir ce 19 décembre.  Jouant un peu de provocation, il a également déclaré : « si la résistance est contournée au bout de cinq ans, c’est déjà cinq ans de traitement que j’aurai économisé ! »

Il a par ailleurs averti que les cépages résistants ne sont pas une solution unique. Il faut aussi des solutions en matière d’innovation fongicide, explique-t-il, espérant de ses vœux des « produits sans résidus » car « si on attend que le vignoble soit planté en cépage résistants, il faudra 100 ans ! »

 

Un nouveau bâtiment

Les Pays d’Oc ont investi 5 millions d’euros dans la construction d’un nouveau bâtiment comprenant une salle de dégustation de 80 postes. Outre l’agrément des vins, ce bâtiment a vocation a être un lieu de réception avec une salle de conférence d’une capacité de 300 places et un show rom.

Un nouveau bâtiment

Les Pays d’Oc ont investi 5 millions d’euros dans la construction d’un nouveau bâtiment comprenant une salle de dégustation de 80 postes. Outre l’agrément des vins, ce bâtiment a vocation a être un lieu de réception avec une salle de conférence d’une capacité de 300 places et un show rom.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé