LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Renaissance ?

La raisaine, ce « nouvel ancien » cépage autorisé d'Ardèche

Vendredi 21 décembre 2018 par Juliette Cassagnes

Illustration de J Troncy tirée du traité général de viticulture de P Viala et V Vermorel
Illustration de J Troncy tirée du traité général de viticulture de P Viala et V Vermorel - crédit photo : site mediastorehouse
La raisaine blanche est une « nouvelle » variété inscrite au catalogue français, depuis octobre 2016. Cet ancien cépage autochtone d'Ardèche vient d'obtenir, ce 8 décembre 2018, son classement en « raisin de cuve ».

Cet ajout à la longue liste des cépages français autorisés pour la production de vin est le fruit de l'initiative personnelle d'un vigneron, Benoit Salel. Installé en 2008 dans le sud-Ardèche (Faugères), il a porté et financé en 2015, sur ses propres deniers, la demande de classement auprès de FranceAgriMer. « C'est au départ, en 2010, la cave de la Rosière qui avait entamé la démarche et obtenu son inscription, tient-il à préciser. Mais le cépage ne les intéressait plus ; j'ai repris la suite car je suis la seule personne à y croire », poursuit celui-ci, très décidé à faire renaître ce cépage endémique de l'Ardèche totalement disparu.

Le vigneron en a planté en 2016 une petite parcelle expérimentale de 2500 m2. Ses premières impressions : la raisaine semble être très fertile, caractérisée par un nombre élevé de grappes, vigoureux - elle nécessite donc une taille courte – et paraît assez « rustique », donc peu sensible aux maladies et à la sécheresse.

"Une parcelle expérimentale"

Les vignes ont commencé à produire pour la première fois en 2018 : « Les vins présentent des arômes miellés, très aromatiques, avec beaucoup de fraîcheur », commente Benoit Salel. Mais la véritable entrée en production n'aura lieu qu'en 2019 et ses premières bouteilles de raisaine seront commercialisées en vin sans indication géographique. L'objectif : se faire une idée de son potentiel : « Je suis convaincu qu'il sera bon ; s'il a été cultivé pendant des siècles, c'est qu'il y a une raison, indique-t-il. Si son potentiel est confirmé, j'en planterai plus, dans 3 ou 4 ans. Je le travaillerai probablement à terme en assemblages ».

Le viticulteur déclare par ailleurs rechercher des fonds pour déposer d'autres dossiers d'inscription et classement d'autres vieux cépages ardéchois.

Pour consulter l'arrêté du 3/12/2018, c'est par ici.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé