LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Portrait-robot

Un vin bio acheté en France est... français, rouge et valorisé +33 % qu’en conventionnel

Vendredi 30 novembre 2018 par Alexandre Abellan

Comme pour les vins conventionnels, l’origine France domine le segment des vins bio sur le marché domestique, avec 99,5 % des volumes.
Comme pour les vins conventionnels, l’origine France domine le segment des vins bio sur le marché domestique, avec 99,5 % des volumes. - crédit photo : FranceVinBio
Encore un marché de niche, le vin bio se développe. En 2022, une bouteille de vin sur dix consommée en France sera bio selon l’étude de l’IWSR pour Millésime Bio.

En 2017, la France a consommé 9 millions d’hectolitres de vins tranquilles bio. Sur une consommation nationale de 250 millions hl de vins tranquilles, la part du bio représente moins de 4 % des parts de marché selon l’étude de l’agence International Wine and Spirits Research (IWSR) pour le prochain salon Millésime Bio (28 au 30 janvier 2019 à Montpellier). Un volume certes restreint, mais qui ne cesse de croître, à contre-courant des tendances du marché français.

Si la consommation totale de vins tranquilles non-bio a baissé annuellement de 2 % entre 2012 et 2017, celle des vins bio a augmenté dans le même temps de 15 % par an. D’ici 2022, ces taux devraient perdurer selon les estimations de l’IWSR : -3 % par an pour le non-bio et +13 % pour le bio. Avec des projections de 17 millions hl de vins bio consommés en 2022, soit 8 % des parts de marché. Quasiment une bouteille sur dix. « La croissance continuera d'augmenter dés lors que les principaux détaillants référenceront plus de vins bio, cela sera néanmoins tempéré par la vendange de 2017 » analyse l’IWSR.

Portrait-robot

Selon les données de consommation, le portrait-robot de la bouteille de vin bio achetée en France en 2017 est le suivant : un vin français (à 99,5 %), rouge (à 50 %) et vendu 6,14 € le col en moyenne. Calculé pour la consommation à domicile, ce prix moyen est supérieur de 33 % à celui d’une bouteille conventionnelle (vendue 4,62 €/col).

 

Les chiffres clés à l’échelle mondiale

Au niveau international, la France est le deuxième marché de consommation du vin bio (avec 9,3 millions d’hectolitres en 2017, soit 16 % des volumes consommés dans le monde), derrière l’Allemagne (13,5 millions hl en 2017, 24 % des volumes consommés) et devant le Royaume-Uni (5,7 millions hl, 10 %).
À noter que le vin bio français représente le tiers des échanges internationaux de la catégorie.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé