LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Enovitis Extrême

Un salon technique et une vitrine politique pour la viticulture de fortes pentes

Mardi 31 juillet 2018 par Alexandre Abellan

La première édition était accueillie par la Società Agricola Grosjean Vins, qui exploite 15 hectares de vigne et produit 150 000 bouteilles par an.
La première édition était accueillie par la Società Agricola Grosjean Vins, qui exploite 15 hectares de vigne et produit 150 000 bouteilles par an. - crédit photo : UIV
Lancé en Italie, le salon biennal compte porter les innovations viticoles pour les parcelles escarpées, mais aussi défendre culturellement et politiquement cette viticulture aussi historique qu’héroïque.

Premier salon dédié à la viticulture d’altitude, Enovitis Extrême s’est perché ce 19 juillet sur les coteaux de Quart (vallée d’Aoste). D’après les organisateurs, cette première édition a réussi son pari en réunissant 500 visiteurs (essentiellement d’Italie, mais aussi de Belgique, Espagne et France), pour 100 machines, présentées par 45 exposants italiens (sauf un allemand, Clemens, et un néerlandais, Vredo). Créé pour donner soutien et visibilité à cette viticulture dite héroïque, le salon estime prépare une prochaine édition en 2020, afin de structurer l’offre technique, mais pas que.

« C’est une viticulture difficile du point de vue technologique. Il faut utiliser des machines dédiées pour accéder à ces terrains difficiles. Jusqu’à présent, ces équipements n’avaient jamais eu de vitrine, de lieu de promotion et de présentation au monde vitivinicole » se réjouit dans un communiqué Ernesto Abbona le président de l’Union Italienne des Vins (UIV). Qui coorganise l’évènement* avec le Centre de Recherches pour la Viticulture de Montagne (CERVIM) et l’Association des Viticulteurs de la Vallée d’Aoste (VIVAL).

"Message culturel"

« Dans un milieu extrême comme celui de la montagne, les principaux problèmes pour les entreprises sont les coûts de conduite des vignobles. Trouver de nouvelles solutions innovantes et technologiques contribue à faciliter le travail des viticulteurs héroïques et à abattre une partie de ces coûts » souligne Roberto Gaudio, le président du CERVIM. Mais « au-delà des volets de promotion et de facilitation des rencontres entre les industriels et les viticulteurs de montagne, Enovitis Extrême entend être un lieu où est lancé un message culturel aux politiques et institutions sur la nécessité de sauvegarder, protéger et mettre en valeur ce secteur de la viticulture » précise Ernesto Abbona. Défendant un patrimoine ancré dans des zones peu favorables au développement économique, le salon Enovitis Extrême demande des aides de soutien.

Avec ses volets de restructuration, d’investissements et de promotion dans les pays tiers, le Programme National de Soutien est le véhicule idéal estime l’UIV. Le gouvernement italien a proposé un décret allant en ce sens, qui doit désormais être négocié. En 2020, le prochain salon Enovitis Extrême espère pouvoir profiter de tels dispositifs de soutien pour se développer. Le lieu n’ayant pas été sélectionné, les organisateurs n’ont que l’embarras du choix, la viticulture héroïque se trouvant historiquement du nord au sud de l’Italie : Abruzzes, Piémont, Trentin, Vénétie, Frioul, Émilie-Romagne, Toscane, Campanie… sans oublier les îles de Sardaigne et de Sicile.

 

* : L’UIV organise déjà les évènements techniques Enovitis in campo (salon annuel en été, dans des domaines italiens) et Enovitis Business (rendez-vous d’affaires à Milan en novembre, pendant le SIMEI).
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé