LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

À la suite d’Alain Razungles

Aurélie Laurent, nouvelle prof d’œnologie de Montpellier SupAgro

Jeudi 26 juillet 2018 par Alexandre Abellan

Avant de rejoindre la recherche publique, Aurélie Laurent était la directrice adjointe responsable de la R&D du laboratoire d’analyses Nyseos.
Avant de rejoindre la recherche publique, Aurélie Laurent était la directrice adjointe responsable de la R&D du laboratoire d’analyses Nyseos. - crédit photo : Montpelier Supagro
Ayant remporté le concours de maître de conférences, la chercheuse prend le relais du professeur Alain Razungles pour enseigner la dégustation à de nouvelles générations d’élèves œnologues.

Dès la rentrée prochaine, le docteur Aurélie Laurent enseignera l’œnologie et la biochimie des arômes à l’école d’ingénieurs agronomes Montpellier Supagro. Ayant rejoint l’an dernier l’Unité Mixte de Recherche des Sciences Pour l’Œnologie (UMR SPO), la chercheuse a remporté le concours de maître de conférence ouvert pour ce poste. Elle enseignera l’œnologie et la dégustation technique aux étudiants de Montpellier Supagro et de la faculté de Montpellier.

Diplôme d’ingénieur chimiste et master 2 à l’appui, Aurélie Laurent est spécialisée dans l’ingénierie biomoléculaire. La chercheuse succède au professeur Alain Razungles, qui a codirigé sa thèse sur les arômes thiols*.

"Culotte de gendarme"

Salué par ses étudiants lors du dernier gala de la formation viti-œno de Montpellier SupAgro, Alain Razungles vient de prendre sa retraite, y enseignant depuis depuis 2001 l’œnologie (ayant rejoint l’Agro de Montpellier en 1986 comme assistant). Vigneron dans le Roussillon (domaine des chênes, à Vingrau), l’œnologue s’est spécialisé dans les arômes et l'analyse sensorielle.

Ayant signé 190 publications sur la technologie des vins, Alain Razungles aura marqué des générations d’œnologues par ses commentaires de dégustation hautement personnels. Où défilaient les fleurs du maquis et où les arômes de Brett tenaient de la « culotte de gendarme ».

 

* : Et « de leurs précurseurs dans les moûts et les vins en lien avec les phénomènes d’oxydation ». Son autre directeur de thèse était Rémi Guérin-Schneider, le fondateur du laboratoire d'analyses Nyseos.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé