LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Promotion

Les vins de Faugères valorisent leur engagement environnemental

Mardi 10 juillet 2018 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 11/07/2018 16:04:06

Le volume de production annuel de l'AOC Faugères est d'environ 55 000 hl.Le volume de production annuel de l'AOC Faugères est d'environ 55 000 hl. - crédit photo : Diabolo Bohème
Avec pour slogan, les « Grands vins de nature » la nouvelle stratégie décennale 2018/2028 de l’ODG entend valoriser une transition écologique débutée il y a dix ans.

« Dès 2008, l’AOC Faugères a travaillé avec l’Inao et le Ministère de l’Agriculture pour introduire dans mesures agro-environnementales dans les cahiers des charges » rappelle Nathalie Caumette, présidente de l’AOC Faugères. A cette époque, « nous pensions qu’il fallait que les sols vivent ». Les vignerons de l’AOC se sont ainsi interdits de désherber en plein, ont limité l’utilisation de l’azote et ont enherbé les tournières. Ce fut « très compliqué à mettre en place » se souvient Nathalie Caumette, mais, aujourd’hui, l’AOC peut lancer une stratégie avant-gardiste en se présentant comme les « Grands vins de nature ».

Une dynamique de territoire

D’autant que les mesures incluses dans le cahier des charges ne sont pas les seules actions à l’œuvre sur le territoire de Faugères. « Nous les avons complétés par la baisse sensible d’insecticide avec notamment la création d’Un GDON. Et nous pensons pouvoir nous en passer d’ici une décennie » explique Nathalie Caumette. La lutte contre la flavescence dorée a été menée en même temps que celle contre eudémis et cochylis. Un quart de l'ensemble du vignoble est ainsi confusé. Enfin, ce travail a créé une véritable dynamique : 60 % des caves et 40 % des surfaces sont certifiées en bio ou biodynamie désormais.

Pour la présidente, ce travail n’est possible parce qu’il est porté par le collectif, pilier de l’AOC. « C’est une notion intégrée à la définition de l’AOC par l’OIV que l’on ne met pas assez en avant. Notre force est que le cahier des charges s’impose à tous, qu'il n’y a pas de choix. Cela donne à l’AOC une valeur d’outil qui permet d’évoluer sur un territoire entier et non pas sur quelques parcelles ou un produit en particulier ». Un discours qui fait écho à la réflexion engagée à l’Inao depuis deux ans ainsi qu’aux débats menés dans le cadre de la loi des Etats généraux de l’alimentation. La stratégie de développement de Faugères qui s'étend sur les dix prochaines années entend garder un temps d'avance, ne serait-ce par le partenariat que l'appellation compte tisser avec GoodPlanet, la fondation de Yann Arthus-Bertrand.

 

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé