Pour être en phase avec le marché

L’ODG des Bordeaux vote une modification du cahier des charges des crémants

Lundi 02 juillet 2018 par Colette Goinere

Bernard Farges, président de l'ODG des Bordeaux : 'Nous allons tous pousser ensemble  ce dossier auprès du comité régional et national de  l’INAO'.
Bernard Farges, président de l'ODG des Bordeaux : 'Nous allons tous pousser ensemble ce dossier auprès du comité régional et national de l’INAO'. - crédit photo : Colette Goinère
Ce 29 juin, en assemblée générale, L’ODG des Bordeaux et Bordeaux Supérieur a fait voter l’aménagement du cahier des charges des crémants de Bordeaux.

A l’ordre du jour de l’assemblée générale de l’ODG des Bordeaux et Bordeaux supérieur, figurait en  bonne place, ce 29 juin, la modification du cahier des charges  des crémants de Bordeaux. "Notre cahier des charges est trop complexe. Nous devons procéder à des aménagements nous permettant  de nous  adapter au marché et de nous aligner par rapport aux régions concurrentes productrices de crémant. Evitons de nous mettre des contraintes inutiles"  a plaidé  Dominique Furlan, président de  la section crémant de Bordeaux, à la tête de la cave Louis Vallon.

Elargissement de l'aire d'élaboration

Ce dernier a listé les principales modifications apportées au cahier des charges : tout d’abord le rajout de communes hors des aires de production. En clair, cela permettrait d’élaborer des vins amenés dans des chais qui ne sont pas situés sur les aires  d’appellation. Sont concernées plusieurs communes de Dordogne et  du Lot et Garonne.

La deuxième mesure concerne l’encépagement avec la possibilité d’élaborer des rosés avec des cépages blancs et noirs. Actuellement, seuls les cépages noirs sont autorisés pour les rosés.  « Une majorité de régions concurrentes telles que Limoux, Die, Bourgogne applique ce principe » lâche Dominique Furlan. Concernant le rendement  indispensable à la rentabilité de la production, le chiffre de 78 hectos/ha est visé, contre 72  hl/ha aujourd’hui. Mais pas seulement.  "Nous voulons monter le butoir à 84 hectos/ha pour créer une réserve sous forme de VCI" souligne-t-il.

Fin de la règle de proportion sur les cépages acessoires

Au chapitre réception et pressurage, il est précisé que les raisins ne doivent être ni foulés, ni éraflés avant d’être mis dans le pressoir. Cette précision, importante, n’est pas inscrite dans l’actuel cahier des charges.  Autre modification : exit les règles de proportion concernant les cépages  « accessoires » (présents en moindre quantité). La suppression de cette règle permettrait d’éviter d’avoir des cépages dominants, tout en laissant la diversité et la typicité des dits cépages. Le stockage fait l’objet de précision, avec le respect d’une amplitude de température de prise de mousse (entre 9 et 16 degrés).  Enfin des doublons sont supprimés. La revendication de fin de tirage, opération intermédiaire, est remplacée par  une déclaration de dégorgement. Soit sur le produit fini.

Ce cahier des charges modifié  a été envoyé à l’INAO. A-t-il des chances d’aboutir ?  « Nous allons tous pousser ensemble  ce dossier auprès du comité régional et national de  l’INAO"  a répété Bernard Farges le président de l’ODG des Bordeaux et Bordeaux Supérieur. Il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Présenté il y a deux ans, ce cahier des charges modifié s’était fait retoqué par l’INAO.

 

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé