LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Consommation responsable

Avant le plan de prévention de la filière vin, l’ANPAA à l’assaut

Mercredi 20 juin 2018 par Alexandre Abellan

Cible de l'ANPAA, la promotion de la consommation modérée par le président Emmanuel Macron.
Cible de l'ANPAA, la promotion de la consommation modérée par le président Emmanuel Macron. - crédit photo : Présidence de la République (réveillon au Niger)
Alors que les boissons alcoolisées fignolent leurs propositions pour Matignon, le lobby hygiéniste lance une offensive reposant sur un sondage demandant plus de taxations et de restrictions dans la communication.

« La classe politique est en total décalage avec l’opinion » attaque le dernier communiqué de l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie, prenant à « contre-pied le Président de la République qui a mis toute sa force de conviction au service de la promotion de la consommation de vin ». Se basant le sondage Opinionway* commandé par la Ligue Contre le Cancer, l’ANPAA rapporte ainsi que les Français « considèrent à une très large majorité (77 %) que les décideurs publics sont sous influence du lobby alcoolier, et les 66 % jugent que "les producteurs empêchent la mise en place d’une politique de santé efficace" ».

N’ayant pas encaissé les positions œnophiles d’Emmanuel Macron lors du dernier salon de l’Agriculture (du « je bois du vin midi et soir » au « n’emmerdez pas les Français »), les chantres de l'abstinence partent à l’offensive avec des chiffres chocs pour mieux étayer ses revendications habituelles. Ainsi, « 54 % des Français sont favorables à une augmentation du prix des produits contenant de l’alcool », « 58 % souhaitent la mise en place d'une taxation spécifique sur les boissons alcooliques [comme] les taxes sur l’alcool ne rapportent que 3 milliards d’euros par an alors que les soins engendrés par l’alcool coûtent 8,5 milliards d’euros par an », « 70 % sont favorables à une interdiction totale de la publicité sur les produits alcoolisés, y compris sur internet [prônant ainsi] un retour à la loi Évin »

Plan de prévention

Cette offensive en règle arrive alors que la filière du vin en particulier, et des boissons alcoolisées en général, prépare son plan de prévention des consommations à risque. Devant être remis au premier ministre cet été, ces plans témoignent d’une nouvelle approche gouvernementale. Malgré les sorties remarquées de la ministre de la Santé, le président de la République et son premier ministre ont opté pour un mode travail inédit : solliciter l’expertise des filières afin de réduire l’exposition des populations à risques (les jeunes, les femmes enceintes…).

Un changement de paradigme qui n’est pas du goût du lobby hygiéniste, prompt à condamner toute initiative de la filière vin pour communiquer sur un sujet d’emblée préempté. On se souvient ainsi de la campagne 2015 de Vin et Société sur les repères de consommation. Des exemples de bonne entente entre associations et filières ne manquent pourtant pas dans le monde, comme le montrera Vin & Société lors de son débat parisien du 3 juillet prochain, avec les exemples, voire modèles, québécois et espagnols. Si l’on ne peut raisonnablement espérer qu’Emmanuel Macron ou Édouard Philippe y soient présents, on peut souhaiter que des membres de l’ANPAA y assistent pour prendre notes et idées.

 

* : Au titre évocateur, ce sondage pose qu’« une forte majorité des Français en faveur des mesures efficaces pour réduire la consommation d’alcool ». Il a été réalisé en ligne auprès de 1 004 sondés représentatifs de la population adulte française, les 23 et 24 mai derniers.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Rosenrot Le 21 juin 2018 à 14:06:04
@AV : le sondage ayant été conduit par OpinionWay, on peut penser que le panel est "représentatif", du moins tout autant que n'importe quel autre sondage (il y a toujours un biais sur l'exclusion de gens ne répondant systématiquement à aucun sondage). Un panel de 1000 personnes est assez classique des sondages d'opinion. Mais je suis également dubitatif sur la représentativité des résultats. En regardant en détail les résultats sur le site de la Ligue contre le cancer, on voit que le questionnaire était très orienté sur les risques de cancer liés à l'alcool (questions probablement du type "Saviez-vous que l'alcool est la deuxième cause de cancer après le tabac ?", etc...). Les questions sur les lobbies et la taxation ne venant qu'à la fin, il n'est pas étonnant que le "français moyen" réponde qu'il est favorable à une taxation plus forte, à l'interdiction de la publicité ou à un étiquetage spécifique. Il est toutefois rassurant que 89% des sondés répondent que l’industrie de l’alcool est importante pour l’économie du pays. Je suis bien évidemment favorable à la prévention de l'alcoolisme. En tant que professionnels du vin nous sommes très exposés au risque de l'alcoolisme. Mais je pense que l'étiquetage n'apportera rien à la prévention, à l'image des avertissements pour le tabac qui ont prouvé leur inefficacité, même avec des photos chocs et des paquets neutres. Bientôt des bouteilles de vin neutres avec comme seule étiquette "Boire de l'alcool provoque le cancer" ? Rappelons que le deuxième facteur de cancer (à égalité avec l'alcool, cf. site de l'INCa) est une alimentation déséquilibrée, faut-il donc étiqueter tous les produits alimentaires "Manger de façon déséquilibrée provoque le cancer" ?
Guillemet L. Le 20 juin 2018 à 15:13:11
La Fondation Bergonié a organisé à Bordeaux son 3ème dîner de gala, le 22 mai 2018, aux chantiers de Construction Navale de Bordeaux, exceptionnellement ouverts au public à cette occasion. Les crus Classés de Margaux ont donné pour l'occasion quelques 450-500 bouteilles, pour environ 400 convives. Etait-ce de l'empoisonnement collectif, à l'instigation d'un des plus grands acteurs de l'oncologie ?
AV Le 20 juin 2018 à 11:37:58
Donc un sondage sur 1004 sondés est représentatif de ce que pense la population francaise? sais t'on comment ont été choisir ces 1004 sondés, criteres? Sont ils représentatifs? Attention, je ne dis absolument pas qu'il ne pas faut prévenir l'alcoolisme, faire attention aux consommations a risque qui entrainent des accidents de voitures ...
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé