Vignoble d’avenir

La carte des cépages résistants plantés en France

Mercredi 13 juin 2018 par Alexandre Abellan

Encadrées par la réglementation nationale et limitées par la disponibilité du matériel végétal, les plantations de cépages résistants vont à un rythme en deçà des attentes, et de l'impatience, du vignoble.Encadrées par la réglementation nationale et limitées par la disponibilité du matériel végétal, les plantations de cépages résistants vont à un rythme en deçà des attentes, et de l'impatience, du vignoble. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Pour répondre aux demandes sociétales de réduction des intrants phytos, quoi de mieux que des cépages résistants au mildiou et à l’oïdium ? Qu’elles viennent des recherches l’INRA ou d’ailleurs, ces nouvelles vignes se déploient dans le vignoble français. Afin de valider la réduction des traitements et l’adaptation à la diversité des terroirs. Qu’il s’agisse de jeunes plantations ou de vignes en production, Vitisphere propose à tous les expérimentateurs de partager leurs premières expériences. Et de dessiner les contours du vignoble de demain.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
chazalon jean paul Le 14 juin 2018 à 08:18:29
Le malheur des hybrides producteurs direct ? Mon Pére m' a transmis un vignoble avec un encépagement de 50% d ' H P D . En 1980 . Le travail consistait : taille , épamprage , vendange . Nous les avons arraché avec beaucoup de regrets . En 2018 nous sommes ce jour , à 5 traitements Avec les H P D nous dormions sur les deux oreilles Bien a VOUS . Chazalon J P vigneron en Ardéche
Vigneron42 Le 13 juin 2018 à 20:46:31
Certes il y a du tri à faire dans la famille des HPD, mais pour ce qui reste une histoire de goût, il y a de jolies vins faits à partir du bacco, des ravats et autres seibel. C’est intéressant de relire la destinée des HPD avec le recul, et d’y percevoir un acharnement faits d’arguments fallacieux, dictés par une industrie du phytosanitaire apeurée par une perte de profits inévitable.
Bernard GRANDCHAMP Le 13 juin 2018 à 15:28:18
Merci pour votre initiative cartographique et votre proposition de partage d'informations. Cependant, il me semble que la profession doit raison garder en matière de "tempo". En effet, même si la demande sociétale est désormais bien présente au coeur de cette question de la réduction des intrants phytosanitaires (et tant mieux car elle nous "oblige") le temps de la vigne n'est pas celui des réseaux sociaux! En effet : 1 - De ce que nous savons des possibilités actuelles d'obtention de variétés nouvelles, un délai de 12 à 13 ans sera nécessaire entre le croisement et la stabilisation génétique de la variété 2 - Que ce soit pour des variétés "nouvelles" (donc à créer, et voir point 1) ou des variétés actuellement "inscrites" (ou à inscrire prochainement) et donc désormais plantables, il est peu probable que l'INAO se contentera d'expérimentations conduites sur quelques années seulement pour valider l'usage en proportion significative de ces variétés "résistantes", en comparaison avec celles inscrites dans les "cahiers des charges" des AOP, et eu égard à la doctrine elle-même des "usages locaux, loyaux et constants"(lieu de questions juridiques éventuelles, accroissant d'autant les délais). Il serait regrettable, sinon contre-productif in fine, que par excès de précipitation (au motif faussement pertinent de vouloir au plus vite "rassurer le public"), nous prenions le risque de nous engager dans une sorte d'impasse technique comparable à ce que représenta au XXe siècle l'épisode malheureux des "hybrides producteurs directs" : il nous faudra cette fois impérativement concilier la résistance aux maladies ET la compatibilité qualitative! De là qu'il me parait pour le moins utile de communiquer avec le public de la façon la plus claire (explicative) et la plus sincère, en particulier sur ces impératifs de "délais". A suivre donc, le temps qu'il faudra... Bernard GRANDCHAMP Ingénieur agronome (M 73) - Oenologue Conseil indépendant
Motte Le 13 juin 2018 à 14:01:01
Bonjour Très bonne initiative un peu tardive mais mieux faut tard que jamais , évidemment il doit exister des cépages plus résistants aux maladies que d'autres . Déjà au niveau des variétés de pommiers c'est fait, il existe un conservatoire dans le Tarn, coté cepages vous devrez regarder les cepages tel que prunemard et ondec ded vieux cepages gaillacois qui peut etre resiste mieux aux mamadies . Renseignez vous auprès de producteurs bio de gaillac .... Cordialement
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé