Costières de Nîmes

Bernard Angelras tire sa révérence après 15 ans de présidence

Jeudi 15 mars 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

Bernard Angelras, président des Costières de Nîmes : 'c'est grâce à l'équipe de producteurs et aux collaborateurs de l'ODG que nous avons pu parcourir tout ce chemin !'
Bernard Angelras, président des Costières de Nîmes : 'c'est grâce à l'équipe de producteurs et aux collaborateurs de l'ODG que nous avons pu parcourir tout ce chemin !' - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
Le président des Costières de Nîmes a annoncé ce 14 mars qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat à la présidence de l’AOP. Sa succession est sur les rails.

Il est encore cinquantenaire et pourtant ! Bernard Angelras a pris la décision de ne pas se présenter à la présidence des Costières de Nîmes, après 15 ans de mandat. Tranchant avec une certaine culture du syndicalisme viticole à la longévité extrême des mandats, Bernard Angelras a même cherché à faire en sorte que sa succession se passe au mieux, donnant à son vice-président la mission de constituer une équipe et une nouvelle gouvernance. La liste sera dévoilée le 22 mars lors de l’assemblée générale du syndicat et permettra l’élection d’un nouveau CA qui promet d’être rajeuni. Bernard Angelras restera dans le tour de table de l’appellation.

Un projet vers l'excellence

Elu pour la première fois en 2003, Bernard Angelras était un candidat « dissident ». « Je portais un projet, je n’avais pas de problèmes de famille de métier ». Durant son mandat, il aura porté la réflexion du terroir et initié un recentrage qualitatif. Costières de Nîmes sera, par exemple, l’une des toutes premières appellations françaises à choisir d’externaliser sa certification à travers le choix d’un organisme certificateur. Bernard Angelras sera aussi moteur dans l’intégration de l'environnement et du paysage dans les pratiques de l’environnement. Dès la fin des années 2000, il lance une charte paysagère qui permet une émulation collective autour de la biodiversité (plantation de haie, semis de mélanges fleuri…). Enfin, il a lancé le projet de hiérarchisation de l’AOC portant sur la création de deux dénominations géographiques complémentaires, l’une au Nord de l’appellation, l’autre au Sud.

Celui qui, avec le plus grand des naturels affirme « j’adore la fiscalité », va désormais se consacrer à la recherche appliquée. Président depuis le printemps 2017 de l’IFV, il est aussi vice-président de l’ACTA. A ce titre, il devrait participer à une nouvelle coordination de la recherche et de l'innovation en agronomie et environnement. Il compte également agir pour la transition écologique et la recherche de solutions concrètes pour les exploitations viticoles.

Tags : ODG Gard

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé