LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Rassurés ?

Vendredi 16 février 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

Entre la prise de position d’Emmanuel Macron, les déclarations d’Edouard Philippe et le rétropédalage d’Agnès Buzyn : la filière viticole peut être rassurée sur les intentions du gouvernement en matière de politique de santé. Non, il n’y aura pas de remise en cause de la place du vin, mais un travail sur la prévention contre l’alcoolisme excessif. Mais qu’est-ce que l’alcoolisme excessif ? La notion reste suffisamment floue pour satisfaire tout le monde. Parle-t-on de la dose journalière d’un ivrogne ou du verre quotidien, qui, pour une partie des professionnels de santé, constitue une consommation dangereuse ? 
D’autre part, Edouard Philippe n’a pas prononcé le mot « prévention » lors de ses déclarations dans l’Hémicycle. Et Agnès Buzyn a également évité le sujet lors de son intervention sur France Inter ce 14 février. Or, c’est l’essence même du débat actuel. La France reconnaîtra-t-elle le droit de la filière à participer à la prévention contre l’alcoolisme ? La presse grand public s’offusque, ces derniers jours, de cette possibilité. Sur twitter, certains professionnels de santé et experts de la lutte contre l'alcoolisme sont vent debout à l’idée de cette perspective. Et l'on se rapelle du fiasco de la campagne orchestrée en 2015 par Vin et Société sur les repères de consommation.

Une chose est certaine : la filière va devoir convaincre sur sa crédibilité à promouvoir une consommation responsable.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé