Salon des vins de Loire

7 500 visiteurs pour le grand marché régional

Jeudi 08 février 2018 par Patrick Touchais

Après 8 200 visiteurs en 2017, le parc des expositions d'Angers en a accueilli 7 500 ce début février.
Après 8 200 visiteurs en 2017, le parc des expositions d'Angers en a accueilli 7 500 ce début février. - crédit photo : Patrick Touchais
Dans un marché pour le moins concurrentiel, le Salon des vins de Loire à Angers a réussi son édition 2018, en misant sur le secteur traditionnel du grand ouest. Et un peu d’export…

“Ici, je rencontre surtout beaucoup de restaurateurs et cavistes du grand ouest”. Daniel Macault (70 ha en Anjou) est un fidèle du Salon des vins de Loire. L’édition 2018, ramenée sur deux jours a fermé ses portes mardi soir, avec à la clé un bilan plutôt positif – quelque 7 500 visiteurs enregistrés selon les organisateurs – même si le deuxième jour a été perturbé par la vague de froid. “En 20 ans, j’ai dû trouver un tiers de mes clients professionnels sur ce salon“, poursuit le vigneron angevin, assez représentatif des exposants de ce 32e millésime.

Au fil des années, la manifestation s’est muée en un salon de vignerons – les gros opérateurs ont quasiment tous disparu – face à une clientèle majoritairement issue du secteur traditionnel. Dernière représentante du négoce du Val de Loire, Françoise Flao, PDG des Caves de Grenelle à Saumur confirme son intérêt pour le salon angevin. “Au Salon des vins de Loire, je travaille le réseau CHR, qui représente 60 % de mon chiffre d’affaires. Je fais peu de grande distribution, à l’inverse de mes collègues. Je dois être présente ici”. Elle mise désormais sur trois salons professionnels : Angers, Prowein et Vino Vision Paris. “J’ai arrêté Vinexpo”.

"Ancré dans le territoire"

Autre fidèle du Salon, la famille Lieubeau est très attachée “à ce salon ancré sur le territoire“. Le domaine (70 ha en Muscadet) travaille, lui aussi, les cavistes et restaurateurs du grand ouest. “Mais aussi quelques clients étrangers, des Britanniques et les pays du Nord de l’Europe en particulier”. Sans oublier les Américains, apparemment bien représentés sur cette édition 2018.

“Il doit y avoir 10 ou 15 % d’acheteurs étrangers sur le Salon. Parmi ceux-là, tous les ans, j’arrive à travailler avec un nouveau”, indique Luc Bizard, propriétaire du Château d’Epiré (10 ha à Savennières). “Cette année, on a eu de très bons contacts avec un Japonais”.

Les offs

Avec ses quelque 300 exposants, le Salon des vins de Loire n’a plus la force de frappe des années 2000, où il accueillait 600 entreprises. Mais, le paysage des salons a changé. Les off bio – nés dans le sillage du Salon angevin – ont pris leur place et leur essor et vivent désormais leur vie, avec 2 500 à 3 000 visiteurs au compteur pour les plus courus (Salon Saint-Jean et Dive Bouteille). L’un d’entre eux, la Levée de la Loire, a fait un autre choix : installer ses 300 exposants dans un hall contigu au Salon des vins de Loire dans le parc des expositions d’Angers. Ce qui divisait, a fini par fédérer.

“Pendant 4 jours, Angers est une place forte de marché du vin en France, bien positionnés juste après Millésime Bio et avant VinoVision ou Vinisud”, conclut un vigneron angevin.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé