LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Salon pédagogique

Millésime bio veut ancrer la valeur du logo AB

Mercredi 24 janvier 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

De gauche à droite : Nicolas Richarme, président de la Commission de Millésime Bio, Patrick Guiraud, président de Sud Vin Bio et Jean-Louis Cazaubon, vice-président du Conseil régional d'Occitanie.De gauche à droite : Nicolas Richarme, président de la Commission de Millésime Bio, Patrick Guiraud, président de Sud Vin Bio et Jean-Louis Cazaubon, vice-président du Conseil régional d'Occitanie. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
Selon Sud Vin Bio, l’un des enjeux de la filière viticole bio des prochaines années est de sécuriser la traçabilité de ses produits. Le second est celui de la conversion.

« Le vin biologique : rappel des fondamentaux », tel est l’intitulé de la conférence qui ouvrira le bal des interventions de Millésime bio le 30 janvier. Un thème étrangement trivial pour un salon qui fête ses 25 ans : on pourrait supputer que les visiteurs savent ce qu’est un vin bio. Que nenni ! Il y a un véritable enjeu à rappeler que le logo AB signifie que la provenance des produits est française, tandis qu’il faut bien lire ce qui accompagne le logo européen. Pour ce dernier : les produits peuvent provenir de l’agriculture européenne ou être un mélange de provenance européenne ou non européenne.

« C’est un véritable enjeu pour la viticulture biologique. Les consommateurs qui achètent bien s’attendent à consommer des produits élaborés près de chez eux en France ou a minima en Europe » explique Patrick Guiraud, président de Sud Vin Bio, organisatrice de Millésime Bio. « Or notre rôle est d’être le garant du temple. Il faut les produits bio continuent à être traçables car il n’y a pas beaucoup de segments de marché où les consommateurs peuvent se réfugier en toute sécurité ». C’est pourquoi, le logo AB sera mis en avant lors de Millésime bio et fera, à plus long terme, l’objet d’une communication forte pour expliquer comment se lit le logo. Et Patrick Guiraud de lancer : « sur ce sujet, nous avons besoin de l’aide des pouvoirs publics ! ».

Convertir les moins convaincus

Millésime Bio fera également la part belle à la conversion le 31 janvier. Différents aspects techniques de cette transition de trois ans seront abordés par la conférence « Quelles solutions techniques pour augmenter les volumes en bio ? » Car la conversion est le second axe stratégique pour l’avenir de la filière viticole bio française. L’équation est en effet très déséquilibrée. La demande en vin bio a augmenté de 18 %, le taux de conversion est de 4 % par an et la production a baissé de 20 % en 2017. Conclusion : la filière frôle le déficit structurel.

"Une hausse des prix de 20 % sur les cinq prochaines années"

« Aujourd’hui, il y a un net ralentissement des conversions. Ceux qui étaient intéressés par la bio se sont convertis. On tape maintenant dans le dur : nous devons aller chercher les irréductibles du conventionnels » estime Patrick Guiraud. Cela passe par une opération séduction avec un engagement pour donner de la visibilité économique. « Au sein de Sud Vin Bio, les producteurs et les négociants se sont mis d’accord pour opérer une hausse des prix de 20 % sur les cinq prochaines années ». Sud Vin Bio veut également s’investir dans l’installation et réfléchit à des solutions plus innovantes, convaincue qu’il faut inciter et sécuriser les prix pour attirer de nouveaux producteurs. Affaire à suivre.

 

 

Millésime Bio 2018 en chiffres

-          1000 exposants

-          6000 visiteurs attendus (à J-7, le nombre de visiteurs inscrits est en hausse de 800 personnes par rapport à l’année dernière)

-          15 pays représentés, 78 % des exposants sont français

-          40 % de l’offre française représentée (en volume)

-          85 000 euros d’aides régionales sur fonds propres

-          1 soirée : pour fêter les 25 ans du salon, la soirée du lundi soir (sur invitation)

-          2 restaurants : en plus du buffet, un restaurant à table sera pour la première fois en place

-          1 application : c’est la première fois que les visiteurs pourront géolocaliser les producteurs et éviter de trop perdre de temps en les cherchant.

-          2 entrées : cette année, on pourra rentrer à Millésime Bio par l’entrée Nord et Sud.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé