Sous le pied du sapin

MyŒno, le scanner technœnophile

Samedi 23 décembre 2017 par Alexandre Abellan

La sonde et son application ont été distingués parmi les objets connectés du dernier concours Lépine.
La sonde et son application ont été distingués parmi les objets connectés du dernier concours Lépine. - crédit photo : MyŒno Company
Pour aider dans le choix et la dégustation d’une bouteille de vin rouge, la start-up soutenue par LVMH a développé une sonde et une application sur mesure.

Visant le grand public, la sonde et l’application MyŒno Scan promettent d’être le « premier scanner de vin connecté ». La start-up éponyme a développé un scanner colorimétrique qui mesure par spectrométrie les caractéristiques des vins rouges. Notamment les concentrations en tanins, l'acidité totale, l’alcool et l’opacité d’un vin. Corrélées gustativement, ces données sont transférées sur une application mobile (disponible sur Google Play et iTunes). En résulte un diagramme du vin rouge, permettant d’en quantifier la puissance, la vivacité et la richesse (ainsi que le potentiel de garde et le niveau d’évolution).

L’utilisateur peut ensuite noter un vin rouge sur cinq et préciser ses sensations de dégustation (minéralité, fruits rouges, fût, longueur en bouche…). L’application donnant alors des profils de vins similaires et enregistrant les préférences pour une prochaine sollicitation. S’enrichissant avec mesure des utilisateurs, la base de données MyŒno doit permettre d’orienter choix d’un vin selon ses goûts, que l’on soit au milieu d’un rayon vin d’une grande surface ou sur la carte d’un restaurant (par photo de la bouteille ou entrée manuelle des données).

Mises à jour

Il s’agit actuellement d’une première version de l’appli, qui doit proposer à l’avenir un générateur d’accords mets et vins, un registre de cave, des conseils de température de service, les prix de vente moyens… Intégrée au Moët Hennesy Lab 78 du groupe LVMH, la start-up MyŒno a pour l’instant mobilisé un budget de 165 000 euros (incluant aides et subventions). Actuellement développé pour les vins rouges, le scanner doit prochainement être dupliqué sur les spiritueux avec le soutien de LVMH. « En contrepartie, une exclusivité d’un an leur sera réservée » explique Bastien Guillebastre, le cofondateur de MyŒno, qui envisage de décliner le concept sur d'autres boissons, comme la bière.

« Il faudra un nouveau produit pour les vins blancs. Car pour les discriminer, il faut aller vers les UV. Ce qui est plus cher mais aussi et surtout plus compliqué d'un point de vue réglementaire » ajoute Bastien Guillebastre, qui souligne que les vins rouges comptent aujourd’hui pour 65 % des volumes consommés en France.

99 € TTC

Vendue 99 euros l’unité, la première série de 2 000 sondes est actuellement commercialisée par le site de MyŒno et les plates-formes Boulanger et LaRedoute. Il n’est pas encore trop tard pour placer ce gadget qui fait bien sous le sapin d’un œnophile !


* : En attendant le développement de partenariats avec des cavistes et magasins spécialisés en objets connectés, les œnophiles suisses peuvent en trouver au Manor de Genève.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé