LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Vins de Bordeaux

La fraude aux 4 200 hectolitres devient judiciaire

Lundi 18 décembre 2017 par Alexandre Abellan

Inlassablement interpelé par Claire Laval, Allan Sichel (deuxième à gauche) ne s’est pas départi de son flegme pour la « rassurer sur la volonté du CIVB de protéger l’image des vins de Bordeaux ».
Inlassablement interpelé par Claire Laval, Allan Sichel (deuxième à gauche) ne s’est pas départi de son flegme pour la « rassurer sur la volonté du CIVB de protéger l’image des vins de Bordeaux ». - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Alors que les douanes étaient sur le point de boucler leur enquête, la Confédération Paysanne force le passage, pour qu’une procédure pénale soit immédiatement ouverte.

Ce 18 décembre, la clôture de l’assemblée générale du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux (CIVB) a été ponctuée par un échange entre la vigneronne Claire Laval, porte-parole de la Confédération Paysanne, et le négociant Allan Sichel, président du CIVB. « Pourquoi l’affaire de fraude de 4 200 hectolitres de vins languedociens transformés en appellations bordelaises est-elle toujours dans les limbes ? » a questionné la syndicaliste, mettant en cause l’inaction du CIVB face aux révélations de Vitisphere. « J’affirme très clairement que le CIVB combat sans hésitation, sans complaisance et avec beaucoup de détermination tout ce qui porte atteinte à l’image et à la réputation des vins de Bordeaux. Il n’y a jamais d’exception » lui a répondu le négociant, soulignant ne pas avoir davantage d’information que celles parues dans la presse pour alimenter une plainte avérée.

Ne souhaitant pas attendre, la Confédération Paysanne bouscule l’ordre de la procédure en « déposant plainte auprès du Procureur de la République de Bordeaux », comme l’annonce un communiqué. Qui ajoute à l’adresse de « ceux qui envisageraient de se porter partie civile dès qu'une procédure judiciaire serait ouverte », que le syndicat « invite les appellations de Bordeaux et leurs vignerons, à rejoindre cette plainte pour défendre les intérêts de la viticulture bordelaise honnête… »

"Grande gravité"

Présent lors de l’Assemblée générale, Laurent Vénot, le directeur régional des Douanes, a tenté d’expliquer, avec non moins de conditionnel, les lourdeurs de la procédure en cours : « Pendant toute la durée de l’instruction de la citation, l’enquête est couverte par le secret. Il faut comprendre que les choses ne seraient pas portées immédiatement sur la place publique. » Ajoutant que « si les faits dont il a été question sont avérés, ils sont d’une très grande gravité. Ils donneraient lieu à une enquête judiciaire, soit par le biais d’une information judiciaire, soit par le biais d’une citation directe. » Une façon discrète de confirmer que l’enquête des douanes touche à sa fin, pour être prochainement déposée au Parquet.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
prou Le 18 décembre 2017 à 21:57:48
Une instruction trop lente laisse le temps aux délinquants de s'organiser. C'est malheureusement le cas dans de nombreuses affaires. la lourdeur administrative s'y ajoutant et les ingrédients sont réunis pour s'orienter vers des procédures très longues . Les sanctions prisent dans le long terme ont prouvé leur inefficacité.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé