Phyto

Un député médocain écoute et promeut les pratiques viticoles vertueuses

Mercredi 13 décembre 2017 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 19/12/2017 16:20:20

« Il me paraît important d’envoyer un message positif sur le travail assidu et les efforts fournis ces dernières années pour mener une agriculture durable et respectueuse de l’environnement » souligne le député Benoît Simian, aux côtés d’Allan Sichel.
« Il me paraît important d’envoyer un message positif sur le travail assidu et les efforts fournis ces dernières années pour mener une agriculture durable et respectueuse de l’environnement » souligne le député Benoît Simian, aux côtés d’Allan Sichel. - crédit photo : DR
Pour témoigner de la bonne volonté du vignoble bordelais à réduire sa consommation de pesticides, un parlementaire a organisé une table ronde à l’objectif affirmé de communication.

Quand il est question de vignoble médocain et de phyto dans les médias, c’est souvent au sujet des combats menés par la militante Marie-Lys Bibeyran. Une approche sans doute trop réductrice pour le député Benoît Simian (LREM). « J’ai souhaité organiser une table ronde avec les acteurs du secteur viticole de ma circonscription du Médoc dans le but de communiquer les bonnes pratiques environnementales et montrer l’investissement humain et économique qui est mené » explique l’élu de la cinquième circonscription de la Gironde. Baptisée « la viticulture et ses défis économiques et environnementaux », sa table ronde s’est tenue ce 8 décembre en réunissant nombre d’acteurs pouvant témoigner des bonnes pratiques médocaines. Et reprendre la parole sur un sujet souvent clivant, plus propices aux invectives en forme d’accusations qu’aux constats d’amélioration.

Soulignant que la consommation de phytos est en décroissance depuis des années, Alain Vasseur, le vice-président de la Chambre d’Agriculture de Gironde, reconnaît que la baisse s’accélère depuis 2014 (et l’affaire de Villeneuve-de-Blaye). « Les derniers pas à franchir sont les plus difficiles, mais tout le monde sait où il faut aller. Il s’agit simplement d’accorder le calendrier et les moyens, et de pousser sur l’innovation » estime le responsable du réseau bordelais Dephy, dans un communiqué du député Benoît Simian.

"Laisser le choix"

Vivant dans le Médoc, Allan Sichel, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux, ne pouvait qu’être présent à cette rencontre. Pour lui, « il faut laisser aux professionnels le choix de l’itinéraire à suivre car chacun a ses spécificités et sa stratégie pour y parvenir. Les méthodes ne sont pas applicables de la même manière pour tous. » Devant être abordée par le prochain plan Bordeaux Ambition 2025, la diversité des engagements dans la Responsabilité Sociétale et Environnementale doit mettre Bordeaux à la pointe de la réduction des intrants. « Connu mondialement pour ses vins, le Médoc est une locomotive dans la course au zéro phyto, et sera reconnu comme une terre d’innovation en la matière, portée par le label de Parc Naturel Régional » conclut Benoît Simian, visiblement satisfait par la démonstration de bonne volonté qu’il a initiée.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé