LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

R&D

Un laser pour détecter les Bretts dans les tonneaux

Lundi 11 décembre 2017 par Alexandre Abellan

Le prototype à venir doit mettre la sonde laser dans une capsule hermétique (pour être immergé). Et la sonde doit être déportée de son bloc de capteurs par de la fibre optique (pour permettre des mesures in situ).
Le prototype à venir doit mettre la sonde laser dans une capsule hermétique (pour être immergé). Et la sonde doit être déportée de son bloc de capteurs par de la fibre optique (pour permettre des mesures in situ). - crédit photo : Cordouan Technologies
Un prototype doit être conçu avant d’être testé en chais pour mesurer la présence de la levure d’altération dans des vins en cours d’élevage.

Lors de l’élevage des vins, ce détecteur par sonde laser « ne pourra pas se substituer à des analyses en laboratoire [pour détecter Brettanomyces]. Mais on peut imaginer un outil simple, utilisable sur site, s’immergeant dans les barriques pour suivre les lots et alerter sur des niveaux de risque microbiologique » explique David Jacob, le directeur technique de la société bordelaise Cordouan Technologies, spécialisée dans la caractérisation des nanomatériaux.

Soutenu à hauteur de 127 000 € par les subventions de FranceAgriMer (pour un budget de 324 000 €), son projet est de concevoir, et valider par l’expérience, un outil différenciant les levures d’altération Brettanomyces bruxellensis des autres micro-organismes du vin. Cette sonde laser doit reposer sur la technologie de Diffusion Dynamique de la Lumière (DLS, ou Dynamic Light Scattering), qui détecte la signature de la taille des particules en suspension dans la solution. Un algorithme indiquant ensuite les niveaux de présence de chaque particule. Et permettant d’intervenir en amont des déviations organoleptiques.

"Seuils d'alerte"

« Ce n’est pas tant la technologie que l’interprétation des données qui va être complexe sur ce projet. Fixer des seuils d’alerte va demander du temps » estime David Jacob. Cette expertise œnologique va être amenée par la cellule de transfert bordelaise Microflora, de l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV). Courdouan Technologies doit désormais construire un prototype de cette sonde.

Ce projet est né d’une rencontre en 2015 entre les technologies du pôle de compétitivité Route du Laser et les problématiques des membres du cluster Innovin. « Lors des échanges, il est apparu que le suivi et la caractérisation des micro-organismes des vins en phase d’élevage n’étaient pas pleinement résolus » rapporte David Jacob, qui espère bien changer la donne avant la fin du projet, en mars 2019.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé